A Alençon, le chocolatier Pedro perpétue un savoir-faire familial centenaire

A Alençon, le chocolatier Pedro perpétue un savoir-faire familial centenaire
A Alençon, le chocolatier Pedro perpétue un savoir-faire familial centenaire

Par Julien Boissel
Publié le

2, 24 mai à 6h34

Voir mon actualité
Suivre L’Orne Hebdo

Créé en 1924, le chocolaterie Pedro fête son centenaire cette année.

Enfin, le savoir-faire est vivant depuis 100 ansmais ne comptez pas sur son actuel représentant, Jacky Pedro, pour marquer le coup : « Je préfère rester discret et faire mon travail », commente sobrement le chocolatier de 66 ans.

Toujours la même fibre

Depuis 1987, le Breton de naissance a repris l’entreprise créée par son grand-pere puis répété par son père : « Je ne pensais pas fêter le 100e anniversaire du magasin, car les membres de ma famille sont morts assez jeunes. Je suis un peu en sursis », plaisante malgré tout l’artisan chocolatier.

Après avoir découvert ce milieu à l’âge de 10 ans, Jacky Pedro a toujours eu le nez dans le chocolat et la lassitude ne l’a jamais rattrapé jusqu’à présent. « Je suis passionné par mon métier donc tant que ma santé est bonne, ça va », affirme le Normand qui se voit continuer jusqu’à 70 ans.

Certains membres de ma famille ont même travaillé jusqu’à 80 ans, alors pourquoi pas moi ?

Jacky Pedro, chocolatier à Alençon

Artisanal, vrai

Depuis près de 40 ans, Jacky Pedro conserve le même procédé de fabrication.

Son laboratoire est resté tel quel, constitué de matériel ayant déjà appartenu à ses grands-parents. « Je n’ai pas beaucoup développé, mais je m’en fiche. »

Je n’ai changé aucune machine et je fais tout à la main, car je trouve que le matériel électronique enlève le goût du produit.

Jacky Pedro, chocolatier à Alençon

Patron de 40 apprentis

Jacky Pedro aux côtés de son « dernier apprenti », Gaëtan, 16 ans. ©L’Orne Hebdo

Concernant la charge de travail, le chocolatier assure ses neuf heures de travail quotidien qui peut s’étendre jusqu’à une demi-journée en période d’affluence. « Je travaille toujours autant, mais les ventes sont assez irrégulières. Cela varie beaucoup d’un jour à l’autre. »

Vidéos : actuellement sur Actu

Aussi maître apprenti, Jacky Pedro pense que le rapport au travail a changé depuis l’apparition du Covid. « J’ai l’impression qu’il est plus compliqué aujourd’hui de trouver des gens qui veulent travailler. »

Cependant, plus de 40 apprentis est passé sous son contrôle. « J’ai des nouvelles de certains et ça me fait plaisir. »

C’est une fierté de voir que les jeunes qui sont passés par ma région se portent bien.

Jacky Pedro, chocolatier à Alençon

Un livre sans acheteur

Jacky Pedro est le dernier représentant du savoir-faire familial. ©L’Orne Hebdo

Actuellement, c’est au tour de Gaëtan, âgé de 16 ans et arrivant en 2022, de bénéficier des conseils du chocolatier d’Alençon. « Mais ce sera mon dernier apprenti », assure le patron.

Affaire de famille pendant un siècle, la chocolaterie vit peut-être ses dernières années.

Cela fait 10 ans que je me suis habitué à l’idée de ne pas avoir d’acheteur. C’est dans l’air du temps de ne pas avoir de successeur.

Jackie Pedro

Contrairement à leur père, les deux enfants de Jacky Pedro n’ont pas le goût du chocolat. «Mais cela ne me dérange pas du tout. Chacun a ses envies. »

Malgré tout, le pâtissier-chocolatier souhaite continuer à partager le savoir de ses ancêtres. « J’ai certes créé, mais je n’ai rien inventé, c’est donc un savoir-faire que j’aimerais perpétuer. »

C’est pourquoi, une fois le tablier rangé, Jacky Pedro aimerait écrire un livre sur ses recettes et techniques.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon Actu.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV où trouver une pharmacie ouverte ce jeudi en Savoie et en Haute-Savoie ? – .
NEXT Un jeune homme mortellement poignardé en Haute-Savoie, deux suspects interpellés en Suisse