Montauban. La dictée était pleine au Mémo

Montauban. La dictée était pleine au Mémo
Montauban. La dictée était pleine au Mémo

A La Mémo ce samedi après-midi avait lieu la 2e édition de « La Dictée », un défi relevé par 116 inscrits. Les réservations étaient obligatoires et les inscriptions ont été clôturées bien avant l’ouverture. Clarisse Heulland, adjointe aux affaires scolaires et Laetitia Bouchama, directrice de Mémo ont accueilli Sandrine Campese, auteure d’ouvrages d’aide à la correction orthographique. Sa méthode, la mnémographie, un processus de mémorisation par images qui permet l’association d’idées pour conserver l’écriture correcte.

Venue de la capitale pour ce jour, Sandrine Campese avait préparé pour cette dictée un texte en trois paragraphes de difficulté croissante selon que l’on soit à l’école primaire, au collège ou plus avancé en âge et en qualité. Cela nous emmène sur les traces d’Ingres à Florence en 1824, interpellé par un chiromancien qui le conduit 200 ans plus tard à ouvrir la porte du musée de Montauban pour redécouvrir ses chefs-d’œuvre et son violon qui rendit son nom Immarcescible.

Au final, personne n’était parfait, juste une moitié, voire deux pour le mieux. Une collation gourmande nous a ensuite permis d’échanger sur cette dictée.

La librairie « La Femme Renard » était présente pour proposer les livres de Sandrine Campese.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mgr Lacroix souhaite que « la lumière soit faite » sur les allégations le concernant
NEXT Allégations d’agression sexuelle | Autorisé par le Vatican, le cardinal Lacroix restera en retrait