Les locataires HLM sont-ils « trop riches » au Grand Poitiers ? – .

Les locataires HLM sont-ils « trop riches » au Grand Poitiers ? – .
Les locataires HLM sont-ils « trop riches » au Grand Poitiers ? – .

Dans la Vienne, certains locataires vont-ils devoir quitter leur HLM ? Le 11 avril, le gouvernement a annoncé vouloir mettre fin au principe du logement social « à vie ». Dans un entretien au journal Les Echos, le ministre du Logement a insisté sur la nécessité de supprimer les locataires aux revenus trop élevés pour répondre à la forte demande de logements sociaux. Guillaume Kasbarian a particulièrement ciblé les locataires qui ont « largement dépassé les plafonds de revenus ». Selon le ministre, plus de 8 % des locataires HLM ne pourraient plus bénéficier d’un logement social s’ils en faisaient la demande aujourd’hui. Mais à Vienne, très peu de locataires pourraient, en réalité, être expulsés.

Seulement 46 locataires concernés

Sur les 11 500 logements sociaux détenus par Ekidom au Grand Poitiers, seuls une minorité d’occupants dépasse le plafond de revenus. A peine 3,7% des locataires ne sont plus éligibles à leur logement social, soit 437 personnes. Parmi eux, certains ne seraient pas concernés par la réforme, notamment les habitants des quartiers prioritaires et les plus de 65 ans. Ainsi, seuls 46 locataires pourraient devoir quitter leur logement.

Avec sa mesure, le gouvernement explique vouloir « accélérer les files d’attente » et répondre à la forte demande. “Mais ça ne marchera pas, ce n’est pas ça qui va résoudre la crise actuelle du logement”, estime la présidente d’Ekidom, Elisabeth Naveau-Diop. Si la réforme est mise en œuvre, peu de logements sociaux seront finalement récupérés, “c’est une façon de contourner le problème”Elle ajoute.

Construire davantage de logements sociaux

Le président du bailleur social du Grand Poitiers insiste surtout sur la nécessité de construire plus de logements sociaux. « Aujourd’hui, il faut produire 200 000 logements par an en France pour répondre aux besoins, explique Elisabeth Naveau-Diop. Là, nous parlons de quelques milliers de logements qui seront récupérés, avec des coûts de gestion énormes pour les propriétaires, je crains que nous perdions beaucoup d’énergie à ne pas répondre à la véritable crise du logement.

Pour l’instant, à peine 250 logements sociaux sont construits chaque année à Vienne alors que plus de 9 000 personnes attendent d’en obtenir un. Le projet de loi de réforme du logement social devrait être présenté en Conseil des ministres en mai, avant d’être examiné par le Sénat en juin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV découvrez leurs noms ! – .
NEXT « L’État du Sénégal va bientôt prendre en charge la question du coût de la vie » (Serigne Gueye Diop)