Européennes : le favori Bardella met en garde contre « la dispersion et l’abstention » – 01/05/2024 à 17h46

Européennes : le favori Bardella met en garde contre « la dispersion et l’abstention » – 01/05/2024 à 17h46
Européennes : le favori Bardella met en garde contre « la dispersion et l’abstention » – 01/05/2024 à 17h46

Le président du RN et tête de liste européenne Jordan Bardella lors d’un meeting de campagne à Perpignan, le 1er mai 2024 dans les Pyrénées-Orientales (AFP/Ed JONES)

“Nous avons des ennemis redoutables : dispersion et abstention” : devant plus de 2.000 personnes rassemblées à Perpignan, l’ultra favori aux élections européennes Jordan Bardella a reconnu qu'”un vent le portait”, tout en constatant que “jusqu’à la dernière minute” , « rien n’est gagné ».

Dans la capitale des Pyrénées-Orientales, dont la mairie se réjouissait il y a quatre ans de la figure du RN Louis Aliot, les lépénistes entendaient lancer le compte à rebours vers une victoire annoncée, présentée comme le tremplin d’une quatrième candidature de Marine Le Pen à la présidentielle. l’Élysée.

“Que le 9 juin soit la première étape d’une grande alternance en Europe, mais aussi, parce qu’il y a des élections présidentielles en 2027, en France”, a lancé ce dernier en début de séance, en appelant à “infliger” à Emmanuel Macron ” la sanction électorale la plus cinglante possible ».

“Il faut les contrer, il faut les sanctionner, il faut les écarter”, a-t-elle poursuivi, estimant que “cette sanction se mesurera à l’écart entre la liste conduite par Jordan Bardella et celle des déconstructeurs macronistes”.

A 39 jours du scrutin, la liste RN recueille 32% des intentions de vote, loin devant celle de la majorité présidentielle menée par Valérie Hayer, créditée de 17%, selon une enquête Ipsos publiée lundi.

Marine Le Pen a attaqué avec la même virulence le « gouvernement technocratique » de Bruxelles, supposant qu’elle voulait « dire non » au « débordement migratoire » ou à « la destruction de notre économie au nom d’une écologie en déclin ».

Face à cette « Europe de Macron », Jordan Bardella a de son côté plaidé pour « l’Europe des nations », des « réalités », des « peuples », du « concret », des « identités », des « frontières », « de l’échange équitable, du patriotisme économique ». , de priorité nationale, de préférence européenne ».

– « Ingénieur du Chaos » –

Mais, au-delà de ses adversaires politiques, le patron du RN a pointé « des ennemis encore plus redoutables, la dispersion et l’abstention », alors que le parti à la flamme conserve le goût amer des élections régionales d’il y a trois ans. années : contrairement à tous les sondages, il n’avait réussi à conquérir aucune région, faute d’avoir su mobiliser son électorat.

Le président du RN et tête de liste des européennes, Jordan Bardella (c) et la chef de file des députés du Rassemblement national, Marine Le Pen (c,d) lors d’un meeting de campagne, le 1er mai 2024 à Perpignan, dans le Pyrénées-Orientales (AFP / Ed JONES)

“S’abstenir, c’est voter pour Emmanuel Macron : ne lui faites pas ce cadeau”, a-t-il exhorté ses partisans.

Dans son viseur également : les Zemmouristes de la Reconquête, dirigés par Marion Maréchal, toujours crédités de 5 à 6 % des intentions de vote – « des listes patriotiques qui ne peuvent pas gagner », a évacué Jordan Bardella. Éric Zemmour ? “Il a promis l’union, mais c’est nous qui la faisons”, observe-t-il encore, décrétant “le devoir de choisir ceux qui peuvent gagner”.

Les gentillesses ont également visé Jean-Luc Mélenchon, « un ingénieur du chaos » ou Raphaël Glucksmann, tête de liste soutenue par le PS, « l’arbre qui cache les Nupes ».

Mais, aux électeurs de gauche « attachés à la laïcité et soucieux de justice », l’appel au « rassemblement vous est adressé », a promis M. Bardella. A ceux de droite, sensibles « au travail, au mérite, à l’autorité, à l’ordre, à une certaine idée de la France », « regardez qui a repris le flambeau : rejoignez-nous ».

– Mariani sur la liste –

Imbattable, Bardella ? Celui à qui Marine Le Pen avait promis Matignon en cas de victoire à la présidentielle s’est en tout cas autorisé à sauter tous les débats télévisés d’ici là, au grand dam des autres têtes de listes.

Des partisans assistent à un meeting de campagne du président du RN Jordan Bardella, tête de liste européenne, le 1er mai 2024 à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales (AFP/Ed JONES)

La « stratégie du lutteur huilé » – ou de « l’esquive », raillent ses adversaires – a néanmoins ses limites.

Jeudi, il donnera la réponse à Valérie Hayer sur BFMTV avant une confrontation de toutes les têtes de liste, dont lui, dimanche sur RTL. Et le Premier ministre Gabriel Attal a finalement accepté sa proposition dans le cadre d’un débat lancé il y a plusieurs semaines.

Le rendez-vous de Perpignan a aussi été celui de la présentation des 35 premiers candidats de la liste, qui a confirmé deux rumeurs : le sortant Jean-Lin Lacapelle n’y figure plus, tandis que Thierry Mariani, bien que contesté pour ses liens – pour le moins passés – avec la Russie, occupera la 9ème place.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Bourg-en-Lavaux va réduire son exécutif
NEXT Un 1er mai contre « l’austérité »