Llum tours, l’illumination des tours de signalisation dans les Pyrénées-Orientales est annulée

Llum tours, l’illumination des tours de signalisation dans les Pyrénées-Orientales est annulée
Llum tours, l’illumination des tours de signalisation dans les Pyrénées-Orientales est annulée

La mise en lumière des tours à signaux – ce patrimoine médiéval qui surplombe les Pyrénées-Orientales – restera un « rêve » pour ces concepteurs. Le PDG de la société locale de fourniture d’énergie verte, Llum, l’annonce ce soir abandonnez le soir du 7 mai 2024. Soirée dont France Bleu Roussillon était partenaire. David Gener a souhaité installer des projecteurs LED au pied d’une quinzaine de tours autour de la plaine du Roussillon, dans le Vallespir et en Cerdagne. Deux faisceaux par tour, allumés pendant une heure, avec une lumière pouvant atteindre 600 m de haut pour saluer l’arrivée de la flamme olympique le lendemain et faire rayonner le patrimoine catalan, comme il l’expliquait sur France Bleu Roussillon le 30 avril.

Le code de l’environnement est intraitable

Après une dernière réunion en préfecture mardi, les organisateurs de la manifestation ont écrit : « Il nous est enfin apparu clairement, après 8 mois de discussions, d’essais et d’accords, que l’ensemble du département était, hormis Perpignan et son agglomération, sur des « sites protégés » ou des « sites hébergeant des espèces protégées ». Seules les tours de Canet en Roussillon et de Château Roussillon auraient pu échapper à la réglementation. Tous les autres se trouvent dans des espaces naturels protégés ou des parcs naturels régionaux. Autour de certains d’entre eux, des espèces protégées comme des papillons de nuit, des aigles et des chauves-souris nichent ou vivent.

Risque de lourde amende et de poursuites

Mardi à la préfecture, il a été rappelé aux organisateurs que les espaces protégés étaient régis par un arrêté ministériel de 2018 qui interdisait toute Source de lumière excessive sur ces sites. Selon nos informations, ils pourraient encourir 150 000 € d’amende et poursuites pénales.

Pour les porteurs de projets, le timing de ce rappel est vécu comme un manque de compréhension. Ils étaient venus en préfecture avec des propositions d’aménagements comme l’abandon de l’éclairage de la tour Massane où se reproduisent les papillons nocturnes à cette période. David Gener et son équipe estiment avoir été victimes d’une campagne orchestrée par des associations environnementales extérieures au département : « Malgré toute notre bonne volonté, ces oppresseurs venus d’ailleurs ont eu raison de ce beau projet, donneurs de leçons de vie dans des métropoles plus éclairées que tout notre département, prétendant protéger mieux que nous qui les chérissons tant, notre faune et notre flore. Nous restons surpris que d’autres puissent arpenter, éclairer, voire mettre le feu à toutes ces zones sauvées. Alors devrions-nous annuler toutes les festivités publiques ? Toutefois, l’antenne locale de la Ligue de protection des oiseaux, des salariés de la réserve de Massane et d’autres associations du département avaient également, y compris à notre micro, exprimé leur inquiétude ces derniers jours.

Coup de grâce au projet : le comité d’organisation des Jeux olympiques n’a pas non plus vu d’un bon oeil l’hommage rendu à l’arrivée de la flamme par les tournées Llum. Les règles de labellisation des événements autour des Jeux sont extrêmement strictes.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la Confédération de l’Agriculture dénonce de nouvelles attaques visant les tomates en France
NEXT 82 femmes résidentes dans les zones minières bénéficiaires