La mère de Samara « choquée » par le rapport qui n’inclut pas le harcèlement scolaire

La mère de Samara « choquée » par le rapport qui n’inclut pas le harcèlement scolaire
La mère de Samara « choquée » par le rapport qui n’inclut pas le harcèlement scolaire

L’enquête administrative a estimé mardi 30 avril ne pas pouvoir établir une “situation de harcèlement scolaire” de la jeune fille agressée par plusieurs étudiants devant son collège le 2 avril.

«Je n’ai pas compris. Il faudrait que quelqu’un m’explique quelle est l’histoire de ma fille : les coups, les insultes, les crachats…», s’étonne-t-elle.

«Aucun manquement fautif» du personnel éducatif

Après l’attaque de Samara, le harcèlement dont a été victime la collégienne dans son établissement a été pointé du doigt. Sa mère avait imputé le manque de réactivité du collège, provoquant une grève des enseignants. En colère, ces derniers ne s’estimaient pas suffisamment soutenus par le ministre.

Mardi 30 avril, le rapport d’enquête administrative a estimé ne pas pouvoir identifier un « climat général humiliant et agressif parmi les étudiants » à l’encontre de Samara. “La mission n’a constaté aucune faute de la part du personnel de l’établissement.”

Quant aux faits rapportés par sa mère avant l’agression, le rapport explique que chacune des situations a donné lieu à des entretiens. Samara n’a cependant jamais nommé ses harceleurs et a considéré à chaque fois que les faits étaient réglés. Mardi 30 avril, voir « qu’on ne la croyait pas » était « une double peine » pour elle, a déclaré sa mère sur BFMTV. La jeune fille, désormais déscolarisée, est très « isolée ».

“Le résultat de ce rapport n’est pas surprenant”, a déclaré l’avocat d’un suspect de l’attentat de Samara. Samara « n’a pas été victime de harcèlement » avant son agression, répète-t-il.

Mort de Matisse à Châteauroux : le jeune de 15 ans placé en détention provisoire et mis en examen

#Maroc

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Fête des Travailleurs un peu plus calme
NEXT L’Université de Berne se défend contre les accusations des occupants