Emilie Rousselet accompagne les jeunes vers l’emploi par un travail sur soi

Emilie Rousselet accompagne les jeunes vers l’emploi par un travail sur soi
Descriptive text here

Eécouter, inventer, accompagner : à la mission locale Dieppe Côte d’Albâtre, Emilie Rousselet occupe le poste assez original d’éducatrice spécialisée. Un poste créé ad hoc il y a trois ans « pour accompagner des jeunes qui ne sont pas forcément prêts tout de suite à un emploi ou à une formation ». DONC, « A travers des projets et des ateliers, nous travaillons la confiance en soi, en sortant de notre zone de confort… » avant de se jeter dans le bain de la vie active.

Prévention et jeu

Le projet « J’avais 13 ans » en est un parfait exemple : « Tout est parti d’un questionnaire soumis à des jeunes : sept sur dix ont déclaré avoir été victimes de harcèlement scolaire. » Naturellement, un collectif d’une quinzaine de jeunes s’est constitué pour travailler sur le sujet. Objectif : « Prévention en milieu scolaire, y compris dans les collèges fréquentés par ces jeunes » avec des interventions, la création d’un stylo « harcèlomètre »…

Ils rencontrent « le collectif Marilù, qui monte un spectacle basé sur les témoignages de cinq jeunes, avec la mobilisation de tous ». La pièce poignante sera jouée au casino de Dieppe et à l’Assemblée nationale… « Depuis, nous avons repris l’idée de la prévention dans les collèges… avec d’autres jeunes. »



Projet collectif, objectifs personnels

Parce que le collectif, « tremplin vers l’emploi et la formation », déménager : plusieurs des précurseurs ont obtenu un stage, une formation, voire un emploi. Désormais, d’autres réfléchiront à leur histoire dans un but commun et en apprendront beaucoup sur eux-mêmes.

Dans ce travail entre intime et collectif, Emilie Rousselet “accompagnements jusqu’au bout, avec mon associé Simon Gosset, pour sécuriser, faire passer des messages, gérer les frustrations, identifier les objectifs, tenir le rythme”. Entre projet commun et feuille de route individualisée pour chaque jeune, « C’est une sorte de coaching, pas rose tous les jours, mais on sait pourquoi on est là : parce que ça marche. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV M. Talbi El Alami rencontre à Rabat le président du Conseil national suisse
NEXT Le Maroc et la Guinée renouvellent leur engagement à renforcer la coopération