pourquoi y a-t-il eu deux rassemblements ? – .

Une intersyndicale d’un côté, Force ouvrière de l’autre. Ce mercredi 1er mai, à Aurillac, les syndicats ont défendu les valeurs humanistes, au niveau mondial et local.

Sous la pluie, Force ouvrière, en rupture avec l’intersyndicale, défend à poings fermés les droits des travailleurs du Cantal. « Aujourd’hui, l’intersyndicale ne correspondait pas à nos valeurs : nous n’avons jamais demandé à nos adhérents de prendre position politique. Nos militants sont libres, nous défendons les droits du travail, les salaires… » a expliqué Thierry Couderc, secrétaire général du bureau syndical départemental, devant une vingtaine de militants rassemblés sous la pluie place des Carmes. Ils ont discuté de leurs préoccupations locales.

Je pense aux salariés de Géant Casino et d’Auchan, 130 salariés dans un malaise total, suspendus à une annonce imminente qui ne devrait que confirmer nos pires craintes, avec la fermeture des deux enseignes à Aurillac. D’autres salariés sont en difficulté, depuis 2023, j’ai une pensée pour les 200 salariés des Menuiseries du centre à Ydes, en activité partielle depuis près d’un an.

Souci du service public

De son côté, l’intersyndicale regroupait la CGT, Solidaires, la FSU et plusieurs partis politiques. Devant 170 personnes, devant le tribunal de grande instance, ils ont énuméré les différentes revendications, pour la plupart nationales et internationales, avec des répercussions locales. “Le 1er mai intervient cette année dans un contexte de plus en plus marqué par les guerres, notamment en Ukraine et en Palestine”, scande Valérie Delpiroux, co-secrétaire du syndicat départemental de la CGT du Cantal. En manifestant aujourd’hui, nous exigeons une paix juste et durable. »487af8950d.jpg

Entre 2 700 et 3 000 personnes à Aurillac contre la réforme des retraites ce 1er mai : les premières images

En , le syndicat déplore une « dégradation du niveau de vie », une « répression syndicale », des « accords de libre-échange » qui ont des répercussions sur le territoire, des « coupes budgétaires massives dans les services publics ». Un point cher au cœur du FSU. 22f055e7fb.jpg« Nous dénonçons les 10 milliards d’économies dans le budget de l’Etat annoncées en février, qui pèseront encore davantage sur un service public déjà en difficulté. Des conséquences dramatiques dans des territoires ruraux comme le nôtre », a indiqué Emeric Burnouf, secrétaire départemental de la FSU du Cantal.

Anna Modolo

Activisme. Le long métrage Se battre avec classe ! sera projeté ce jeudi 2 mai, à 18h50, au Cristal. Elle sera suivie d’un débat organisé par Family Planning.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un stratagème bien rodé pour voler des motos et des scooters
NEXT La Moselle en alerte rouge, ses voisins en orange