Lorient. « L’État fait les poches des chômeurs et des salariés »

Lorient. « L’État fait les poches des chômeurs et des salariés »
Lorient. « L’État fait les poches des chômeurs et des salariés »

Opération reportage ce mardi 30 avril 2024 à la direction maritime France Travail Lorient, rue François-Toullec. Où cinq membres de la CGT Chômeurs ont déposé, à 9 heures, le bilan de 152 offres d’intérim “frauduleux”, selon Vladimir Bizet-Guilleron, porte-parole de la section syndicale. « Des annonces qui durent un mois ou plus et qui ne sont, la plupart du temps, que des contrats hebdomadaires. Les dernières mesures annoncées par Gabriel Attal le 2 avril le prouvent : le gouvernement veut durcir encore les conditions d’accès à l’assurance chômage, et la durée d’indemnisation, pour pousser toujours plus de personnes à l’extrême. pauvreté. Et continue de faire les poches des chômeurs et des salariés dans un contexte où ceux qui sont privés d’emploi voient leurs droits diminuer.»

« Un énorme mensonge »

Les membres de la section CGT devaient rencontrer la direction de l’agence France Travail à Lorient, armés d’une pile de 159 annonces jugées illégales : « Sur 439 offres constatées vendredi 26 avril, 159 annonces concernent des missions temporaires, poursuit Vladimir Bizet-Guilleron. Après vérification, 152 sont frauduleux et ne correspondent en rien à la réalité. Dans un bassin d’emploi où 18% de la population active est inscrite à France Travail, nous dénonçons un énorme mensonge : en réalité, toutes ces offres non remplies ne sont pas remplies car elles ne répondent pas à des situations de travail décent”.

Une lacune dans les critères de contrôle

Pour France Travail, “L La fiabilité de l’analyse de la CGT n’est pas constatée alors qu’au contraire celle de France Travail s’appuie sur une méthodologie validée par un cabinet indépendant. Seulement le Les critères de légalité fixés par la loi permettent de vérifier ce qui est conforme ou non. Elles diffèrent de celles avancées par la CGT, pour qualifier les offres d’illégales.

France Travail prend par exemple l’absence d’information sur un horaire de travail ou la mention « CDD renouvelable » : « ce ne sont pas des critères d’illégalité. En 2022, nous avons commandé une étude. Sur un panel de près de 5 000 offres, plus de 94 % étaient conformes.

France Travail indique qu’elle continue de contrôler la qualité des offres publiées en procédant à un contrôle de légalité. “Elle s’appuie d’abord sur l’intelligence artificielle, qui permet de bloquer les offres des sites partenaires dès lors qu’elles comportent des informations non conformes.” Concernant les offres soumises directement par les entreprises ? « Ce contrôle automatisé est couplé à une vérification par un conseiller, suivie d’une prise de contact avec l’entreprise pour apporter, le cas échéant, des modifications avant publication.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV SÉNÉGAL-AGRICULTURE-INFRASTRUCTURES / Vers la création d’un Agropole dans chaque département (ministre) – Agence de presse sénégalaise – .
NEXT deux hommes arrêtés après des propos contre le Premier ministre sur l’homosexualité