Le RC Lens sur la bande d’arrêt d’urgence

Suisse

En grande délicatesse pendant plusieurs semaines, Le RC Lens n’a pas relevé la tête en avril avec deux défaites et un match pour un maigre succès. Quoi inquiétude avant le dernier mois de compétition. Décryptage.

Le RC Lens se met en danger

Si le RC Lens a cru pouvoir s’impliquer dans la lutte pour la Ligue des Champions avant de faire ses adieux après le derby (défaite 2-1), il ne s’attendait sans doute pas à se retrouver sous la menace de Marseille, Lyon et Rennes, trois équipes éminemment incohérentes. , en vue d’une qualification en Europe. Pourtant, au terme d’une vilaine période d’une victoire en six matches – dont quatre défaites – et d’un mois d’avril qui n’a rien arrangé, les Sang et Or comptent quatre points d’avance sur les Bretons, mais seulement deux d’avance sur les JO. . L’OM a même profité de la dynamique délicate des Lensois pour les proposer au Vélodrome, histoire de mettre fin à un début de printemps définitivement compliqué pour les Sang et Or.

Absent face aux « petits »

Quatre points en trois matches face à trois candidats au maintien. Quand on envisage la fin de la saison et qu’on regarde les calendriers, le début du mois d’avril apparaît comme une bouffée d’air frais et une période plus abordable pour tenter de faire le plein de confiance – et de points, accessoirement. Au contraire, cela ne fera que renforcer les doutes. Assez logiquement accroché à domicile par Le Havre (1-1), le RC Lens tombe immédiatement face à Metz (2-1, 0 point sur 6 contre les Grenats cette saison). Et même lors de la victoire, contre Clermont (1-0), les Sang et Or n’ont pas forcément rassuré en se montrant atones et jamais à l’abri face à une lanterne rouge à la dynamique catastrophique. Féroce la saison dernière, le RC Lens ne fait plus peur à tout le monde.

Objectif RC
Hugo Pfeiffer/Icône Sport

Des limites de plus en plus importantes

Si la troupe de Franck Haise s’est montrée en grande difficulté ces dernières semaines, et notamment face à des adversaires théoriquement inférieurs, c’est aussi et surtout parce qu’elle touchait ses limites de talent – ​​principalement en créativité et en technicité. Un manque de qualité intrinsèque pointé du doigt par le technicien artésien, usé et parfois désillusionné, et qui illustre aussi un groupe potentiellement en fin de cycle. Plus aussi flamboyant physiquement, plus prévisible tactiquement, trop limitée techniquement, l’élimination contre Fribourg continue d’avoir ses répercussions mentalement. Un cocktail qui ne fait pas bon ménage quand on ambitionne de jouer les premiers rôles.

Des retards préjudiciables en coulisses ?

Au-delà de l’aspect purement sportif terne de Lens ces dernières semaines, peut-être que ce dernier a aussi été impacté par toute l’agitation extra-sportive. A commencer par la direction du centre de recrutement, alors que Grégory Thil s’interroge, que Frédéric Hébert est fragilisé et que le passage express de Mike Mode a renforcé l’incertitude au sein du club à quelques semaines d’un mercato qui a déjà débuté. Ajoutez à cela les rumeurs de départ d’un Franck Haise fatigué, suivi en Angleterre et par Marseille, et vous obtenez un contexte peu propice à une pleine concentration sur la performance sportive, pourtant nécessaire dans une fin de saison aussi élevée. enjeux.

Résumé du mois :

Lens – Le Havre : 1-1

Metz – Objectif : 2-1

Lentille – Clermont : 1-0

Marseille – Objectif : 2-1

Crédits photos : Johnny Fidelin/Icon Sport

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Tout n’est pas rose dans le cycle de l’eau bleue
NEXT “Il vaut mieux pouvoir choisir” pour Vincent Thill délégué dans l’Yonne de l’ADMD