Jordan Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan

Jordan Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan
Jordan Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan

Fort de sondages records, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les européennes, a choisi le 1er mai, date favorite des lépénistes, pour présenter ses 34 premiers colistiers lors d’un meeting mercredi après-midi à Perpignan.

Vont-ils tous s’asseoir dans l’hémicycle de Strasbourg ? Au Rassemblement national, tous les espoirs sont permis, puisque les intentions de vote ne semblent rencontrer aucun plafond : près d’un tiers des personnes interrogées par Ipsos comptent voter le 9 juin pour le parti de la flamme, soit 15 points d’avance sur la liste macroniste, selon une étude publiée lundi.

Dans la capitale des Pyrénées-Orientales, dont la mairie s’est réjouie il y a quatre ans de la figure du Rassemblement national Louis Aliot, les lépénistes entendent lancer le compte à rebours vers une victoire annoncée, présentée comme le tremplin vers une quatrième candidature de Marine. Le Pen pour l’Elysée dans trois ans.

Sur scène, la patronne du groupe RN à l’Assemblée nationale s’exprimera devant celui qui lui a succédé à la tête du parti il ​​y a un an et demi.

Les deux dirigeants doivent surtout présenter les 35 premiers candidats de la liste – Marine Le Pen occupera symboliquement la 80e et avant-dernière place –, après avoir dressé plusieurs prix de guerre ces dernières semaines, au prix parfois de polémiques.

Malika Sorel, une essayiste anciennement proche de François Fillon propulsée numéro deux du classement, a notamment défrayé la chronique en admettant avoir fait des offres de services à Emmanuel Macron en début d’année.

La semaine dernière, elle a encore fait soupirer certains dirigeants de partis en affirmant sur Europe 1 que “la guerre civile (avait) déjà commencé tranquillement”, à contre-courant de la doxa lépéniste.

Le numéro trois de l’équipe, Fabrice Leggeri, a fait l’objet d’une plainte déposée par deux ONG, dont la Ligue des droits de l’Homme, qui lui reprochent d’avoir facilité les refoulements illégaux de bateaux de migrants en mer lorsqu’il était patron de l’agence européenne des gardes-frontières. Frontex.

Quant à la présence sur la liste du Mahorais Saïdali Boina Hamissi, annoncée par Marine Le Pen depuis Mamoudzou, elle a finalement dû être démentie après que plusieurs publications racistes et complotistes publiées sur les réseaux sociaux ont été repérées par Libération.

« Lutteur huilé »

« Tout cela ne change rien », affirme un proche de Jordan Bardella, qui rêve désormais de rassembler deux fois plus de voix que Valérie Hayer, la tête de liste macroniste… voire Raphaël Glucksmann, le candidat PS que de nombreux stratèges lpénistes imaginent grimper en deuxième position. place sur le podium.

Imbattable, Bardella ? Celui à qui Marine Le Pen avait promis Matignon en cas de victoire à la présidentielle s’est en tout cas autorisé à sauter tous les débats télévisés d’ici là, au grand dam des autres têtes de listes.

La semaine dernière, lors de ce qui a été présenté comme une « conférence de presse », il s’est encore permis de bouder les questions des journalistes.

La « stratégie du lutteur huilé » – ou de « l’esquive », raillent ses adversaires – a néanmoins ses limites. Jeudi, Jordan Bardella donnera la réponse à Valérie Hayer sur BFMTV, avant une confrontation de toutes les têtes de liste, dont lui, dimanche sur RTL.

Le Premier ministre Gabriel Attal a d’ailleurs finalement accepté sa proposition de débat lancée il y a plusieurs semaines, une nouvelle occasion pour la macronie de tenter de « débusquer » le « vide » du candidat RN.

« Bardella ajoute le fait de n’avoir rien à dire et l’attitude physique de quelqu’un qui a déjà gagné », s’agace un ancien ministre.

Un accident est-il encore possible ? « Le problème maintenant, c’est que si on fait moins de 30 %, cela sera presque perçu comme une contre-performance », s’inquiète un proche de Bardella, encore brûlé par les régionales 2021.

Le parti a ensuite défié tous les sondages en ne remportant aucune région, principalement en raison d’une forte abstention.

Après Perpignan, d’ici le 9 juin, le parti d’extrême droite compte investir ses fiefs pour mobiliser son électorat, avec des meetings prévus en Moselle, dans le Var et dans le fief de Marine Le Pen, Hénin-Beaumont (Pas). -de-Calais).

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Au Championnat du monde de hockey sur glace, la Suisse écrase le Danemark et se qualifie pour les quarts de finale
NEXT Inondations : en Moselle, une situation “impressionnante mais pas dramatique”