y aura-t-il enfin des appartements à louer à Paris après les Jeux ? – .

y aura-t-il enfin des appartements à louer à Paris après les Jeux ? – .
y aura-t-il enfin des appartements à louer à Paris après les Jeux ? – .

« Sans attendre les JO, de nombreux investisseurs se sont tournés vers la location touristique, plus rentable », analyse Corinne Berec, vice-présidente d’Orpi. Mais la tentation s’accroît à l’approche des Jeux, où le prix des locations saisonnières devrait tripler. Un 90m2, à cinq minutes à pied de Notre-Dame, loué 3 000 euros la nuit contre… 900 euros en temps normal. Preuve en est : la plateforme spécialisée AirDna estime que Paris compte 43 % d’annonces en plus par rapport à 2023. Or, le phénomène consomme directement l’offre de location, selon une étude de Guy Hoquet. Au premier trimestre 2024, la capitale a perdu 14,3% de ses annonces de location. Ce sont majoritairement les appartements non meublés qui disparaissent de la Ville Lumière : -35,3% au XXe siècle.e arrondissement, -35,7% dans le XVeet jusqu’à -54,2% en IIe arrondissement.

Un petit motif d’espoir pour les locataires, certains propriétaires trop gourmands commencent déjà à déchanter. « Nous avons beaucoup de gens qui pensaient pouvoir louer très cher sur Airbnb. Mais nous avons déjà eu les premiers signes d’un retour des propriétaires à la location traditionnelle », précise Corinne Berec.

Ce n’est pas entièrement la faute d’Airbnb. Entre novembre 2023 et janvier 2024, le nombre de transactions d’appartements anciens a baissé de 28 %, selon les notaires du Grand Paris. Cependant, avec la flambée des taux d’intérêt, les difficultés du marché des transactions se répercutent sur les locations. « En 2023, les banques n’ont pas prêté aux primo-accédants, et donc ils n’ont pas libéré leur appartement », analyse Delphine Herman, directrice des relations extérieures chez Guy Hoquet. Les professionnels y voient heureusement plus clair, tandis que la Banque de France a constaté une baisse des taux d’intérêt en février pour la première fois depuis deux ans. « Les primo-accédants commencent à revenir nous voir », assure Corinne Berec.

La loi Climat et Résilience, qui interdit progressivement les passoires thermiques à la location, aurait également un impact significatif sur la quantité d’appartements disponibles. Car Paris regorge de ces logements énergivores (classés F et G), qui représentent 42 % du marché parisien selon une étude de la start-up Hello Watt. Cependant, de nombreux propriétaires les retirent du marché locatif, soit pour commencer des travaux, soit pour s’en débarrasser en les vendant. Une perspective qui inquiète Jacques Baudrier, adjoint au logement de la ville de Paris, et qui constitue une menace importante à terme. En janvier dernier, l’élu communiste écrivait au gouvernement, estimant que « potentiellement 60 000 logements à Paris » pourraient disparaître du marché locatif privé d’ici 2034.

Face à un marché locatif tendu, la capitale n’est pas au bout de ses peines. Entre 2011 et 2020, la part des logements inoccupés est passée de 14 % à 19 %, selon une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR). Résultat : il y a plus de 260 000 logements inoccupés à Paris, y compris les logements vacants et les résidences secondaires. Certains quartiers comme le VIe district (30%), le VIIe district (34%) et le VIIIe district (36%) sont particulièrement concernés. Et « la dynamique s’accélère, prévient Jacques Baudrier. À l’heure actuelle, nous risquons de perdre au moins 10 000 logements par an. » Face à ce fléau, la mairie de Paris réclame régulièrement la possibilité d’augmenter les taxes sur les résidences secondaires ou les logements vacants. Des demandes qui n’ont jusqu’ici pas trouvé d’écho dans les différentes lois de finances votées au Parlement.

Si l’après-Jeux olympiques devrait offrir un peu de répit au marché locatif parisien, trouver un logement locatif restera un parcours du combattant même à la rentrée prochaine.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV FAIT DU SOIR USAM La fin du rêve européen pour les Nîmois
NEXT Différentes offres d’emploi pour la Dordogne proposées par France Travail