une jeune fille de 15 ans violemment battue et violée en Ariège

une jeune fille de 15 ans violemment battue et violée en Ariège
une jeune fille de 15 ans violemment battue et violée en Ariège

l’essentiel
Une lycéenne de 15 ans a été violemment battue puis violée le 7 octobre à Ornolac-Ussat-les-Bains, en Ariège. Interpellé peu après, l’auteur présumé, un Ariégeois de 31 ans, a été placé en détention provisoire. Une information judiciaire pénale a été ouverte par le parquet de Toulouse.

Après que le parquet de Foix s’est désisté en sa faveur, le parquet de Toulouse a ouvert il y a quelques jours une information judiciaire pénale pour “viols sur mineur de plus de 15 ans”, à la suite d’une agression survenue dans la soirée de samedi. Le 7 octobre sur la commune d’Ornolac-Ussat-les-Bains, non loin de Tarascon-sur-Ariège.

Si les circonstances exactes du drame doivent encore être éclaircies et confirmées, quelques éléments ont déjà émergé. Selon le père de la victime, c’est vers 22h30, samedi 7 octobre à Auzat, que sa fille a accepté de monter dans la voiture d’un homme dont elle ne se méfiait pas, et pour cause : le visage et le prénom de l’individu, qui aurait un ami dans le village où elle réside elle-même, lui était connu.

Sur une route de campagne à Ornolac

Mais loin de l’emmener à destination, ce dernier, arrivé à Ornolac-Ussat-les-Bains, s’est alors lancé sur un chemin de campagne où il a violemment frappé la jeune fille avant de la violer – une scène terrible qui, toujours selon les dires de la victime, père, aurait duré plus de deux heures.

Immédiatement alertée, la police a rapidement identifié l’auteur présumé, qu’elle a interpellé à son domicile lundi 9 octobre avant de le placer en détention provisoire au centre de détention de Toulouse-Seysses, alors que sa victime était hospitalisée.

Un homme connu de la loi

« Je ne sais pas comment ils l’ont su, mais le PSIG (le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, qui aurait procédé à l’arrestation, NDLR) savait de qui il s’agissait, apparemment il n’en fait pas partie. sa première tentative», raconte le père. Selon le parquet de Toulouse, l’homme, un Ariégeois de 31 ans, est en effet bien connu de la police et de la justice. Il n’aurait cependant jamais été poursuivi pour des faits de viol ou d’agression sexuelle.

Rapidement entendue, comme ses parents, la jeune fille était en état de choc. « Elle a passé huit jours où elle ne parlait plus, rapporte son père. J’ai eu des nouvelles, mais je n’ai pas voulu lui poser de questions pour ne pas lui faire revoir le film. En tout cas, je ne voulais pas : « Je ne sais pas, c’était trop compliqué. Mais ensuite, elle a demandé à retourner au lycée, elle a recommencé hier (lundi 16 octobre, NDLR).»

« Il faut le savoir, il faut que les gens soient vigilants »

Un père lui-même choqué, tout comme la mère de la jeune fille. « C’est vrai qu’elle a l’air plus âgée que son âge et qu’elle est un peu Lolita, avoue-t-il, mais elle est tombée dans le piège d’un prédateur. Je suis une personne calme et posée, mais là, je reproche le coup, j’ai du mal à l’accepter. C’est difficile de dire ce qu’on ressent, on se sent désespéré, impuissant. C’est inadmissible, scandaleux qu’une jeune fille de 15 ans puisse se retrouver entre les mains d’un mec de 30 ans comme ça ! Je ne suis pas comme ça, mais je comprends qu’il y ait des parents qui font justice eux-mêmes.»

L’Auzatois, qui a deux autres enfants plus âgés, espère néanmoins que sa plus jeune fille se remettra de la terrible agression dont elle a été victime : « Cela prendra du temps, mais ça se reconstruira, veut-il croire, et nous le ferons. être avec elle pour l’aider. En attendant, il faut le savoir. C’est extrêmement grave, les gens doivent être vigilants.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’homme d’affaires est soupçonné d’avoir ordonné une tentative d’assassinat
NEXT à partir du vendredi 31 mai, place à trois jours de fête