Catherine Cooper, une animatrice et auteure talentueuse – .

Catherine Cooper, une animatrice et auteure talentueuse – .
Catherine Cooper, une animatrice et auteure talentueuse – .

l’essentiel
Catherine Cooper est une personne qui aime faire voyager les gens, qu’il s’agisse de ses invités dans son gîte ou des lecteurs de ses romans.

La famille britannique Cooper s’est installée à Escosse il y a 15 ans, dans une charmante ancienne ferme entre le centre du village et le hameau de Saint-Amans, face à un panorama à couper le souffle avec vue sur les Pyrénées ariégeoises. D’où le nom du lieu « gîte vue de montagne » que Catherine gère avec son mari. Cet hébergement de vacances permet de passer un agréable séjour dans un cadre champêtre ni trop proche ni trop éloigné de la ville, permettant d’être au calme dans les collines de Terrefort, mais avec les commodités essentielles à proximité de Pamiers.

Mais ce n’est pas la seule corde à son arc, Catherine est aussi journaliste indépendante et travaille beaucoup pour « The Telegraph », sans compter son travail de traductrice. Mais Catherine a une autre passion : l’écriture. Pour la romancière, son thème de prédilection est le roman policier. Son premier livre et best-seller « Le Chalet » en 2020 s’est vendu à des milliers d’exemplaires.

D’autres livres ont suivi jusqu’à aujourd’hui, « Le Château » en 2021, « La Croisière » en 2022 (en version française paru chez L’Archipel en mai dernier), « The Island », l’année dernière. Pour avril 2025, un nouveau livre sera publié en Angleterre intitulé « The Penthouse ».

Catherine Cooper a été invitée cette année à participer au 5e Festival Polar (« Polartific e »), qui se déroule au Touquet Paris-Plage le week-end du 14 juillet. Cela ne fait que confirmer son talent d’auteure.

La famille Cooper, désormais très écossaise, vous permet donc de passer d’agréables moments de vacances dans leur cottage ou de voyager à travers les écrits de Catherine.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pom Pom Pomme Amos – .
NEXT Le « Ritz Barman » régale et Esther arrive – Libération