un hymne aux écrivains

un hymne aux écrivains
un hymne aux écrivains

CRITIQUE – Les évocations savoureuses d’un passionné plein d’esprit.

Un auteur qui parle dans son livre de Jean Paulhan, Alphonse Boudard, Henry Miller et Jean Giono ne peut qu’inspirer le respect – il montre ainsi son penchant et sa curiosité tous azimuts. Une phrase de Paulhan, qui fut aux belles heures de la NRF, fait office d’exergue pour nous donner une idée de son entreprise : “Celui qui veut se connaître, qu’il ouvre un livre.”

Dans Le chant des livresGérard Guégan chante sur la littérature et les écrivains, et pourtant, dès la première page, on apprend que ce n’était pas évident au départ. « Dans ma famille, père au chômage un an sur deux depuis la fin de la guerre et mère brodeuse au foyer, les livres étaient rares sauf Fils du peuple de Maurice Thorez, dans un état pitoyable ayant passé de main en main, et sauf Le premier choc qui valut au romancier André Stil le prix Staline en 1952, mais que mon père ne fit que feuilleter malgré un chaleureux dévouement »il dit.

Lire aussiFraenkel, un éclair dans la nuit de Gérard Guégan : l’artiste décomposeur

On voit déjà la couleur de la photo… Paradoxe pour ce natif de Marseille…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Vente flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV [Critique livre audio] La Brigade des Cauchemars au format audio – .
NEXT Lecture audio – Panique au Festival du Livre, un roman policier cosy pour les fêtes – .