La sélection finale du Prix IPA Voltaire 2024

La sélection finale du Prix IPA Voltaire 2024
La sélection finale du Prix IPA Voltaire 2024

L’Association internationale des éditeurs (IPA) a dévoilé ce lundi 27 mai l’identité des cinq éditeurs en lice pour le Prix Voltaire 2024 de l’IPA. Cette distinction est décernée aux éditeurs qui prennent des risques pour promouvoir et défendre la liberté de publier. L’objectif de l’IPA est de protéger et de promouvoir le droit d’auteur et la liberté de publication dans le monde entier. Le gagnant recevra la somme de 10’000 francs suisses et succédera à l’Irakien Mazen Lateef Ali (Dar Mésopotamie). Une récompense spéciale est également décernée à titre posthume à une personne récemment décédée pour avoir exercé sa liberté d’expression.

Sélection finale du Prix IPA Voltaire 2024 :

Osman Kavala (Türkiye) : philanthrope turc de 66 ans et opposant politique au président Recep Tayyip Erdoğanil est emprisonné depuis 2017 et a été condamné à perpétuité en 2022. Il est accusé d’avoir tenté de « renverser le gouvernement par la force » en finançant un coup d’État en 2016 et une révolte à Istanbul lors du printemps arabe de 2013. Osman Kavala est réputé pour investir dans des activités caritatives et promouvoir le patrimoine culturel de la région turque.

Dusan Gojkov (Serbie) : né à Belgrade en 1965, il fut reporter et exilé en 1991 pendant la guerre de Yougoslavie. Il est aujourd’hui rédacteur en chef du magazine Héraut littéraire des Balkansun magazine consacré à la littérature contemporaine des Balkans. Dusan Gojkov est également poète, romancier, essayiste. Il a écrit Le passager clandestin (Black & White, 1997), où il raconte son exil de ville en ville.

Aslambek Ezhaev (Russie) : fondateur de la maison d’édition Ummah Publishing en 2002, Aslambek Ezhaev a été condamné en 2023 à 17 ans de prison, à l’âge de 60 ans. Il est accusé par le gouvernement russe d’avoir financé l’organisation terroriste Daesh. Ummah Publishing imprime et facilite la publication de livres sacrés islamiques pour les musulmans de Russie.

Andrej Januskevic (Biélorussie) : à l’origine de la maison d’édition de livres d’histoire Januskevic en 2014, il est l’un des principaux éditeurs biélorusses et également à l’origine de multiples traductions d’auteurs étrangers, de la publication de fictions et de livres pour enfants. Expulsés de leurs locaux par le gouvernement pro-russeAlexandre Loukachenko, ces éditeurs ont également été arrêtés dans leur librairie le 16 mai 2022 et incarcérés pendant près de 30 jours. Depuis, Andrej Januskevic et sa maison d’édition ont déménagé en Pologne et leurs publications sont interdites en Biélorussie car considérées comme extrémistes Chiens d’Europe deAlhierd Bacharevic.

Samir Mansour (Palestine) : Samir Mansour est le propriétaire de l’importante librairie qui porte son nom, ouverte en 2000 à Gaza, en Palestine. Il a d’abord été détruit par les bombardements israéliens en mai 2021, puis reconstruit trois fois plus grand avec plus de 1 000 m2 grâce à un élan de générosité de la part des donateurs. Devenue la plus grande libraire de Palestine avec un catalogue de plus de 400 000 livres, elle proposait des ouvrages dans différentes langues, de tous genres et pour toutes tranches d’âge. Symbole de la culture en Palestine, la librairie Samir Mansour destinée à l’impression, à l’édition et à la distribution a été une nouvelle fois détruite par les bombardements israéliens en octobre 2023. “Nous espérons juste que nous nous en sortirons vivants”il a dit Nouvelles arabes de Gaza.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 6 best-sellers pour « maîtriser sa vie »
NEXT Vivez une soirée performance à l’occasion de la sortie du livre du podcast « La Traque » à la librairie La Mouette Rieuse