Basé à Narbonne, il a écrit plusieurs sagas heroic fantasy

Basé à Narbonne, il a écrit plusieurs sagas heroic fantasy
Basé à Narbonne, il a écrit plusieurs sagas heroic fantasy

Originaire de région parisienne, Franck J Matthews est installé à Narbonne depuis près d’un an. Scientifique de formation, il abandonne sa vocation première pour monter sa micro-entreprise d’autoédition et se consacrer pleinement à son autre vocation : écrire des romans, principalement de l’heroic fantasy. Alors que son 15ème livre vient de paraître, Franck J Matthews sera en dédicace samedi 15 juin, au magasin Best Games de Narbonne.

Il n’a ni douté ni abandonné. Comme certains personnages issus de son imagination, Franck J Matthews fait preuve d’une détermination sans faille lorsqu’il s’agit de choisir sa vocation. En l’occurrence, celui dicté par sa formation, ou celui motivé par sa passion.

« Je suis titulaire de deux masters en génétique et d’un doctorat en neurosciences »précise celui que l’on connaît aujourd’hui à travers son « nom de plume »et dont le parcours clair le destinait à devenir chercheur en laboratoire. “J’adorais la science, mais les conditions de travail étaient trop déplorables”, résume-t-il. Cependant, depuis l’adolescence, l’homme se passionne également pour l’écriture, plus précisément le genre de l’heroic fantasy. « Je lisais notamment David Eddings, auteur de La Belgariade. J’ai aimé le fait que ses mondes soient imaginaires mais réalistes, avec des cadres sociopolitiques crédibles. Mais dans mon cas, il m’a fallu huit ans pour écrire mon premier roman. J’étais étudiant à l’époque, je faisais ça comme hobby !

Rythme

En revanche, lorsque Franck J Matthews décide de se consacrer à ses histoires, il ne fait pas les choses à moitié. « Je me suis dit que si je voulais tout mettre en œuvre, je devais abandonner mon travailil dit. Cela m’a obligé à m’investir à 100%. Heureusement, je pouvais me le permettre financièrement.. Par ailleurs diplômée en gestion d’entreprise, l’intéressé profite de ce bagage pour créer le sien afin de s’auto-éditer. « Quand vous offrez votre livre à un éditeur, vous le donnez vraimentil explique. Je voulais les préserver.. La micro-entreprise permet non seulement à Franck de garder la maîtrise totale de ses œuvres, mais aussi de les façonner au-delà de la simple écriture.

Mise en page, conception de couverture, édition de cartes du monde… L’auteur conçoit ses livres comme de véritables objets d’art, pensés de A à Z jusque dans les moindres détails. Ce modèle offre également à Franck J Matthew la possibilité de s’entourer d’une équipe fidèle, et de permettre un rythme de production assez chargé. « L’ensemble de l’écriture et du montage prend trois à quatre mois. Relecture, corrections… Le système est bien rodé. Tous mes collaborateurs sont mentionnés sur mon site”.

J’ai un ordinateur plein d’idées de livres que je n’ai pas encore eu le temps d’écrire.

Avec à son actif (et à ce jour) deux sagas complètes (deux autres sont en préparation !), huit livres « stand alone » et quinze romans en tout, Franck J Matthews compte aujourd’hui un lectorat fidèle, heureux de retrouver régulièrement le style et l’inventivité de leur auteur préféré. Et pas de page blanche à l’horizon. « J’ai un ordinateur plein d’idées de livres que je n’ai pas encore eu le temps d’écrire. Mon style, en revanche, m’a mis du temps à trouver. C’est pourquoi « l’écriture de mon premier livre a pris autant de temps ! »

D’après les retours, le public apprécie particulièrement (outre bien sûr les scénarios et leurs rebondissements) sa façon de caractériser les personnages, bons comme mauvais. D’ailleurs, même les univers conçus par Franck J Matthews sont entièrement peuplés d’humains. « Il arrive aussi que mes histoires se déroulent en France, voire dans l’Angleterre du IXe siècle.e siècle. Dans ce cas, j’infuse des éléments de magie ou de surnaturel”. Rejoignant ainsi le contexte crédible de ses auteurs favoris.

Originaire de région parisienne, installé à Narbonne depuis moins d’un an, Franck J Matthews signera samedi 15 juin au magasin Best Games, situé au 37 boulevard Ferroul. Une manière de rencontrer l’homme derrière ces mondes imaginaires, qu’il nourrit également de sa passion pour les jeux de rôle, les jeux vidéo et de société. « Tout est lié, corrélé, nourrit l’imaginaire ». Encore une illustration de ce que la culture populaire (à commencer par le cinéma) appelle aujourd’hui le multivers.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT La vie de Mme Bendiche racontée dans un roman