Erri De Luca, souvenir Mikado – Libération

Erri De Luca, souvenir Mikado – Libération
Erri De Luca, souvenir Mikado – Libération

Pourquoi ça marche

Article réservé aux abonnés

Le cahier Livres de Libécas

La rencontre d’une jeune gitane en fuite et d’un vieil homme qui se dit ermite, un duo et double cul dans « Les Règles du Mikado » du romancier italien.

Le livre commence comme un conte. Une adolescente que l’on pourrait dire orpheline aperçoit dans la nuit une maison ou plutôt une grande tente. A l’intérieur, un vieil homme qui se dit ermite lui donnera asile. La jeune fille est suivie par un corbeau apprivoisé. Autour il y a le froid de l’hiver et bientôt la neige (« – tant mieux, mes traces seront effacées », dit l’inconnu). Dans Règles du mikadoErri De Luca brouille effectivement les lignes, en attendant un renversement dans le dernier quart du livre, qui laisse à moitié incrédule, avec des révélations apportées par un carnet retrouvé.

En attendant, retournons à la tente. Le « vieux » – il a une soixantaine d’années – décide donc de protéger cette jeune fille qui se glisse sous sa couette. Précisons qu’il n’y a absolument aucun excès sexuel en vue, visiblement l’homme a autre chose à faire, notamment chouchouter sa vie spirituelle. Toute la première partie est sous forme de dialogue et cela donne quelque chose d’étouffé, de lointain, comme si on écoutait derrière une porte. On saura donc ce que chacun d’eux veut avouer. Le conte devient carrément contemporain. La jeune fille est une gitane slovène qui vient de fuir un mariage forcé en traversant la frontière. L’homme est un ancien riche horloger, créateur d’une fondation pour les sans-abri. Plus tard, nous entrons

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT La vie de Mme Bendiche racontée dans un roman