Le CNL adopte un plan pour accompagner la transition écologique

Le CNL adopte un plan pour accompagner la transition écologique
Le CNL adopte un plan pour accompagner la transition écologique

Ce plan s’inscrit dans la continuité de la stratégie nationale de développement durable et répond aux objectifs fixés par la ministre de la Culture dans son discours de septembre 2022. Il s’appuie également sur la charte des valeurs du CNL, validée par son Conseil d’administration le 10 mai dernier. 2022.

Trois principaux secteurs d’intervention ont été identifiés : les librairies, les festivals littéraires et les processus de fabrication et de distribution du livre. Pour l’année 2024, une première enveloppe de 800 000 euros est alloué à ce plan, avec 600 000 euros spécifiquement destinés aux librairies.

La hausse des coûts énergétiques, les exigences nécessaires en matière de conditions de travail et
les installations de réception rendent d’autant plus nécessaire l’amélioration de la performance énergétique des
locaux de la librairie », décrit le CNL dans un communiqué, et ajoute : « Entreprises à faible rentabilité et à capacité d’autofinancement limitée, elles doivent pouvoir compter sur un soutien public approprié. »

Dans ce contexte, l’établissement public du ministère de la Culture entend renforcer son soutien aux librairies françaises à travers prêts et subventions à taux zéroavec 65 projets déjà soutenus à hauteur de 2,7 millions d’euros en 2023. Désormais, ce soutien sera encore plus significatif pour les établissements qui investissent dans leur transition écologique, à condition qu’ils répondent aux critères d’éligibilité et aient effectué les démarches réglementaires préalables. , explique le CNL.

Concernant les festivals littéraires, très variables en termes de format, de structure, d’ancienneté et de localisation territoriale, le CNL a introduit un critère de développement durable dans l’évaluation des demandes de soutien. Pour bénéficier d’un « bonus écologique », les festivals doivent démontrer leur engagement en faveur du développement durable, qui peut passer par la sensibilisation du public, la réalisation de bilans carbone ou l’adoption de bonnes pratiques en matière de mobilité, de gestion de l’énergie, d’alimentation, de stockage, ou encore de mutualisation de projets.

Concernant la production et la diffusion des livres, en 2024, le CNL cofinancera avec le SNE une étude sur le cycle de vie du livre identifier les leviers d’amélioration de la performance environnementale, de la production à la commercialisation.

À LIRE – Librairie dans un quartier populaire : le projet de Rachida Dati étudié à Montpellier

De plus, il participera pour financer une demande qui renseigne sur l’impact environnemental de la chaîne de fabrication du livre, notamment le lieu d’impression, le type de papier et la couverture utilisée. Ces outils permettront, selon le CNL, d’affiner les mesures déjà en place et de valoriser les efforts des éditeurs dont les livres présentent les meilleures empreintes carbone.

Photographie : illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le festival Piazz’à u libru ouvrira la saison culturelle hors les murs
NEXT 38 ans après la mort de Coluche, Antoine Casubolo réédite le livre « Coluche l’accident Contre-enquête »