Le Clézio proteste

Le Clézio proteste
Le Clézio proteste

TRIBUNE – “Fin du rêve?” est le titre donné par JMG Le Clézio, notre prix Nobel de littérature, à sa tribune où il dit ne pas comprendre ce qui a poussé les dirigeants de la station la plus écoutée de France à mettre fin à une émission qui promeut la langue française et littérature à travers le monde.

D’un trait de plume, impulsif, offensant, iconoclaste, la direction de France Inter vient de mettre fin à un beau rêve, l’émission « La Librairie Francophone » créée et animée depuis des années par Emmanuel Khérad. Pour quoi ? Quelle vengeance clandestine, quel grief inavoué, quelle lâcheté a motivé ce geste qui est celui d’une mort ? Ou bien est-ce un souci d’économie – et ce serait alors bien malheureux – que les apparatchiks qui gouvernent la radio publique aient décidé de licencier sans préavis, sans procès, sans indemnité, un créateur de la culture française et son équipe – les font muets, les reléguer dans l’oubli ?

Emmanuel Khérad : « Le passeur des deux rives »

Emmanuel Khérad n’est pas n’importe qui. Il appartient à une longue lignée de reporters littéraires qui ont donné leurs lettres de noblesse à la radio – rien à voir avec le faste spectaculaire des émissions littéraires télévisées, enclines à la grandiloquence et à l’artifice, comme Dumay et filmant subrepticement les mains angoissées de Christian Bourgois. . Je parle de personnalités charismatiques comme Germaine Beaumont, Laure Adler ou encore Paula Jacques, Michel Polac, et aujourd’hui Bernard Lehut. Je vois en Emmanuel, comme je l’écris dans la préface de son livre, le souvenir d’Augustin le Berbère, que j’aime imaginer lui ressembler, le « traversant des deux rives », le trait d’union entre les rives de la Seine. et les rivages lointains des écrivains qui ont choisi de parler et d’écrire notre langue, de l’inventer en la portant aux cieux. La Librairie Francophone est l’œuvre d’Emmanuel Khérad, c’est sa voix mise au service des autres voix de la francophonie. Au cours de ses pérégrinations, il écoutait et tendait le micro à tout ce qu’il y avait de plus vrai et de plus passionnant dans la littérature de langue française.

C’est cette famille que le silence va frapper. Ces écrivains, hommes et femmes de théâtre, d’écriture, de chansons, sont les inventeurs qui donnent vie à notre langue. Ils ne sont pas exotiques. Ils inventent des mots, des phrases, des expressions, des pensées et des refrains, ils prennent des risques, s’aventurent. Emmanuel, grâce à son micro/mémoire, se déplace de lieu en lieu, captant les bruits, les silences, les rumeurs. En Afrique, au Liban, sur les pontons des navires, dans les gares, sur les esplanades des villes géantes du monde moderne, Paris, Berlin, Bruxelles, Montréal, New York, ou au carrefour de l’humanité, à Beyrouth, au Bamako, à Ouagadougou, à Bucarest, il recherche tous ceux qui portent le message de la langue française : Vénus Khoury-Ghata, Alain Mabanckou, Dany Laferrière, Nathacha Appanah ou Ananda Devi, ceux qui ont été reconnus, mais aussi tous les d’autres qui attendent d’être, qui méritent d’être, au Mali, au Sénégal, ou dans les villes d’Europe, Annie Lulu, la Congolaise roumaine, Jean Marc Turine, la voix des Tsiganes, Sami Tchak, le Malien, Khalid Lyamlahy , le Marocain Wilfrid N’Sondé, le Congolais, Richard Sedley Assonne, le créole mauricien, Yamen Manaï, le Tunisien, ou encore Marcel Melthérorong, le Kanak du Vanuatu.

Ce sont tous ceux que la décision brutale de France Inter va plonger dans le couloir obscur de l’oubli, au profit de quelques chantres officiels privilégiés, vantés, académiques, qui règnent dans l’antichambre étroite du pouvoir.

Alors que restera-t-il de cette période étroite, quel avenir pour la langue française, quelle amélioration attendre pour les créateurs, amateurs de littérature en liberté ? Est-ce que c’est ca ce que nous voulons? Je suis en colère…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Après la 2e place de l’Union, Anthony Moris porte un regard critique sur le système des Play-offs – Tout le football – .
NEXT Nérac. Les secrets d’un professeur de campagne