Ce livre qui a bercé la jeunesse de nos grands-mères bat tous les records

Ce livre qui a bercé la jeunesse de nos grands-mères bat tous les records
Ce livre qui a bercé la jeunesse de nos grands-mères bat tous les records

Nous avons tous des petits livres qui ont marqué notre enfance. Dans la bibliothèque de notre chambre d’enfant, nous avons tous certainement un livre dont le titre commence par Martine à… Ces œuvres, réalisées par le dessinateur Marcel Marlier et l’auteur Gilbert Delahaye, retracent les aventures d’une petite fille. C’est en 1954 que nos grand-mères ou mères découvrent les folles aventures de Martine. Et aujourd’hui encore, ces livres cartonnent.

60 ans après, Martine continue de connaître le succès

Pour ces 60 ans, la maison d’édition Martine dévoile un ouvrage qui fait écho aux Jeux Olympiques de Paris 2024. « Martine est bien plus qu’une héroïne littéraire, sa notoriété a clairement dépassé le cadre de la jeunesse », confier à Parisien, Céline Charvet, directrice de Casterman Jeunesse. “ Il y a un enjeu de transmission autour de cette petite fille curieuse qui vit mille aventures. Si Martine se vend si bien, c’est parce qu’elle incarne l’innocence et le bonheur de l’enfance, la joie de vivre et la liberté. »

Avec Martine à Paris, LES enfants pourront retrouver cette héroïne qui a bercé tant d’enfants. Martine est née à Bruxelles au printemps 1954. « La littérature jeunesse est alors en plein renouveau », confie Laurence Boudart, auteure du livre « Martine, l’éternelle jeunesse d’une icône. Nous sommes dans les années 1950, les héros venus des Etats-Unis sont souvent jugés trop violents et il existe sur le Vieux Continent une réelle volonté de protéger la jeunesse, de faire attention aux bonnes mœurs. » “M. Delahaye, qui était correcteur, était aussi poète à ses heures perdues, et M. Casterman, ayant trouvé ses textes jolis, demanda à mon père, un jeune illustrateur de 25 ans, de dessiner Martine.se souvient François Marlier, le fils du créateur.

Des chiffres qui font tourner les têtes

Et dès les premiers albums dévoilés, Martine parvient à animer les soirées des petits français. “ On en trouvait dans les grandes surfaces et les albums étaient vraiment bon marché, donc accessibles au plus grand nombre, souligne le spécialiste de la littérature jeunesse. On est très loin de l’image un peu bourgeoise et élitiste qui lui colle parfois. » C’est aussi grâce aux dessins ultra réalistes que le succès est obtenu. “Quand on voit ces dessins, c’est pour la vie, on ne les oublie jamais », souligne le manager de Casterman. « L’expression des sentiments, la posture des personnages, il fallait qu’ils reflètent au plus près la réalité. Marcel Marlier était obsessionnel, analyse de son côté Laurence Boudart. La première rencontre avec le personnage suscite une forte émotion grâce au dessin et c’est véritablement une des forces de Martine. »

Et le succès de Martine est phénoménal : 165 millions d’albums « ont été vendus dans le monde entier, dont 120 millions en français. Chaque année, 400 000 albums de ses aventures sont encore vendus et, « preuve de sa très bonne santé et de sa popularité », les nouveautés cartonnent, selon Casterman. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 7 livres de non-fiction à lire ce printemps
NEXT découvrez le nouveau livre de Marc Capelle