Voici l’état de l’édition du livre au Maroc en 2022-2023

Voici l’état de l’édition du livre au Maroc en 2022-2023
Voici l’état de l’édition du livre au Maroc en 2022-2023

Selon les données contenues dans le dernier rapport annuel de la Fondation Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les études islamiques et les sciences humaines, le solde éditorial au Maroc pour l’année 2022/2023 s’élève à 3.482 titres. Ce résultat inclut à la fois les publications imprimées et numériques. Le nombre de magazines marocains recensés a atteint 496 numéros au cours de cette période.

Les publications papier représentent 92 % des résultats publiés dans les domaines de connaissances couverts par le rapport (sciences humaines et sociales et littérature). Quant au volume de l’édition numérique, il s’est établi durant la période précitée à 8%.

Il est principalement disponible sous forme de publications émanant d’établissements publics et d’organismes officiels (ministères, Bank Al-Maghrib, Haut-commissariat au Plan, etc.) et d’établissements œuvrant dans le domaine de la recherche (Institut royal des études stratégiques, Conseil supérieur de l’éducation). , Formation et Recherche Scientifique, Conseil Economique, Social et Environnemental, Centre Politique du Nouveau Sud (PCNS), etc.). Les publications du PCNS représentent la majorité dans ce domaine, soit 47,12% du volume numérique.

Le pourcentage des publications marocaines dans les domaines de la littérature et des sciences humaines et sociales rédigées en arabe est estimé à 78,29% du total des publications, alors que celles en français atteignent à peine 7,72%. Les publications en amazigh occupent la quatrième place du classement avec seulement 1,51%, derrière l’anglais (2,58%).

Le français a le vent en poupe dans le numérique

Ce qui distingue l’édition numérique au Maroc, c’est qu’elle est souvent publiée en français, notamment dans les domaines de recherche qui font majoritairement référence à cette langue, comme c’est le cas dans les domaines de l’économie, de la gestion, de la finance et des études politiques.», souligne la fondation.

Lire aussi : Salon du livre : l’UNESCO invité d’honneur de la 29e édition

Les résultats de l’édition numérique marocaine durant cette période ont atteint un total de 191 titres couvrant les domaines des sciences humaines et sociales. “Ce qui le distingue le plus, c’est qu’il reste institutionnel. Toutes les publications sont publiées par des agences gouvernementales, des associations à but non lucratif ou des organisations régionales et internationales», note le rapport.

Les statistiques sur la répartition linguistique des livres numériques ont révélé une présence significative de la langue française avec 84 titres, suivie de la langue arabe avec 63 titres, puis de l’anglais avec 44 opus.

La littérature domine le classement

La littérature marocaine (romans, nouvelles, poésie, théâtre, etc.) continue d’occuper une place prédominante dans le domaine de l’édition au Maroc, couvrant 22,03% du total des livres publiés (658 titres imprimés) au cours de l’année 2022/2023, soit dont 25,84% sont à la charge de l’auteur. Les études juridiques (424 titres) arrivent en deuxième position avec un taux de 14,2%, puis l’histoire avec 352 titres (11,79%), les études islamiques avec 298 titres et les études liées aux questions sociales avec rien de moins. de 265 publications.

Par ailleurs, les publications auto-écrites représentaient en 2022/2023 quelque 628 ouvrages produits par un total de 617 auteurs.

Lire aussi : Littérature : la Marocaine Salma El Moumni remporte le Prix du roman étudiant France Culture 2024, pour son livre « Adieu Tanger »

Le nombre total de titres autoédités a atteint un total de 628 titres, soit un pourcentage de 21%, contre 1.029 pour les éditeurs institutionnels et 1.329 pour les éditeurs privés.», note la fondation, soulignant qu’il s’agit d’un pourcentage important qui «démontre la persistance des problèmes structurels affectant le secteur de l’édition au Maroc et le problème de la diffusion au niveau national« .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La bataille nationale du livre
NEXT la joie des livres – Libération