« L’art du cocktail » selon son plus grand serviteur

« L’art du cocktail » selon son plus grand serviteur
« L’art du cocktail » selon son plus grand serviteur

C’est l’une des premières informations que l’on tombe lorsqu’on travaille sur Frank Meier : il a publié un best-seller mondial en 1936. Un livre que Philippe Collin s’est empressé d’acheter, dans une édition américaine. “J’ai remarqué qu’il n’y avait qu’une édition en langue anglaise. Alors, quand nous avons commencé à travailler sur mon projet de roman, j’ai parlé à Anna Pavlowitch, rédactrice chez Albin Michel, de ce livre un peu étrange qui n’était jamais sorti en français. Après vérification, il s’avère que les droits sont gratuits. “Alors, on s’est dit qu’on allait tout traduire en français pour la première fois, qu’on allait le « remasteriser » avec un illustrateur belge. Delius, s’est emparé de la matière pour proposer un univers graphique à la fois années 30 et 2024.. On s’est dit qu’on allait sortir, en même temps que le roman, une sorte d’archive rééditée. J’ai trouvé ça assez vertigineux, c’est comme si Frank était un peu là. Pour le lecteur, c’est génial de dire qu’il a aussi un petit peu de Frank, ses recettes, son univers sophistiqué et sobre à la fois. Nous avons travaillé sur ce livre pendant un an pour en faire un bel objet.

Des cocktails mais pas que

Un livre dans lequel on retrouve, évidemment, les recettes des cocktails qui ont rendu célèbre Frank Meier. Comme l’Élégant (dans un verre à mélange, un trait de Grand Marnier, moitié vermouth français, moitié gin, bien mélanger et servir) ou le Temptation (dans un shaker, deux sixièmes de rhum, un sixième de jus de citron, moitié de pastis, bien agiter et servir). Mais aussi de nombreux conseils pratiques, des tableaux de mesures comparant les taux d’alcool et des informations pratiques complètes.

Un beau livre illustré par le Belge Delius. ©DR

Dans l’introduction de son œuvre, Frank Meier écrit «Savoir boire est aussi essentiel que savoir nager. ». Une phrase qui, vue d’ici et maintenant, peut surprendre. “Tout cela est très années 1930. », sourit Philippe Collin. “C’est une question de savoir-vivre, d’éducation. Quand on lit sa préface, on se rend compte que, pour lui, boire pour boire n’a aucun intérêt. Il faut apprendre à boire selon ses humeurs, son caractère, sa morphologie. Alors oui, savoir boire, c’est comme savoir nager ou faire du vélo : c’est important.

Quant à la légende selon laquelle c’est Francis Scott Fitzgerald lui-même qui aurait murmuré l’idée de ce livre à l’oreille de Frank Meier, l’auteur avoue, pas peu fier de son tour de passe-passe, qu’il ne s’agit que de littérature. “Je sais qu’il était très proche de Fitzgerald mais ce n’est pas vrai. Il y a d’autres choses dans Le barman du Ritz, ce que nous voulons croire mais qui ne sont pas vrais. Je vais vous confier un secret : le métro qui va du Ritz au Jardin des Tuileries n’existe pas »conclut-il en riant.

L’art du cocktail | Guide pratique | Frank Meier, préface de Philippe Collin | Albin Michel, 192 pp., 20 €

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un escape game dans le cadre du prochain salon du livre d’Oloron
NEXT « Il a enduré les traitements avec courage »