Un livre de recettes mi’kmaq pour honorer et préserver l’histoire

Un livre de recettes mi’kmaq pour honorer et préserver l’histoire
Un livre de recettes mi’kmaq pour honorer et préserver l’histoire

Deux auteurs de la Première Nation L’nui Menuikuk (Indian Island) viennent de lancer Mitji — Mangeons ! Mi’kmaq Recettes de Sikniktukun livre qui rassemble 30 recettes issues de la culture mi’kmaw ainsi que des informations historiques et des savoirs traditionnels.

Mitji » est un mot micmac utilisé pour marquer l’heure des repas, expliquent Margaret Augustine et Lauren Beck dans la préface de leur livre de recettes lancé mardi dernier.

Margaret Augustine dit que l’idée de ce projet lui est venue lors d’un goûter communautaire à l’école Elsipogtog, où les aînés partageaient leurs connaissances culinaires avec les enfants.

Lorsque les aînés ont commencé à disparaître, j’ai réalisé qu’il était urgent de préserver les recettes et les histoires qui les entouraient.elle dit. Nous avons interviewé un grand nombre de personnes. Ce ne sont donc pas seulement des histoires de nourriture, ce sont aussi des histoires de résilience. Histoires de famille sur leur terre.

La cuisine communautaire a beaucoup changé à L’nui Menuikuk depuis l’arrivée des premiers colons. Margaret Augustine explique que les politiques coloniales du passé limitaient l’accès à certains aliments et transformaient la cuisine en ce qu’elle est aujourd’hui.

Traditionnellement, ce que nous mangions provenait directement de la terre et de la mer, comme les baies, les noix, l’orignal, le cerf.

Une citation de Marguerite Augustine

En se concentrant sur les recettes et les plats les plus populaires du moment à Sikniktuk, un territoire qui correspond à peu près au sud-est du Nouveau-Brunswick, les auteurs ont finalement créé quelque chose qu’ils n’avaient pas prévu.

Au début, nous étions convaincus que nous collectionnions des recettes pour les écrire, les réaliser et les partager.dit Lauren Beck. Mais rapidement, il est devenu plus qu’évident que nous disposions également d’un ensemble plus large de connaissances qui prenaient place dans le projet.

La subtilité du pain

En apparence, certaines recettes – comme le pain – sont simples, mais Margaret Augustine les considère comme des indices subtils de la résilience de sa communauté.

Lorsqu’un agent indien est venu nous donner des rations et que nous avons dû survivre avec elles, tout en étant découragés de quitter la réserve, il ne restait plus que du pain. Vous avez partagé le pain avec votre famille et votre communauté, et cela a permis à votre famille de continuer à avancer.elle dit.

Ce sont des histoires de détermination et de résilience face à ces politiques coloniales génocidaires et de ce qui a été fait contre les Premières Nations à travers l’Amérique du Nord.dit Margaret Augustine.

Le lancement du livre « Mitji — Mangeons ! » a eu lieu le 1er mai 2024, dans les locaux de la boutique Red Teepee Creations.

Photo : (Alexandre Silberman/CBC)

Mardi, Margaret Augustine et Lauren Beck ont ​​organisé un lancement dans les locaux de la boutique Créations de tipis rouges dans la Première Nation L’nui Menuikuk, située à environ 65 kilomètres au nord de Moncton.

Dans le cadre d’un repas-partage, les participants ont eu droit, entre autres, à du pain traditionnel, une cocotte de riz et de saucisses, une chaudrée de fruits de mer et des desserts.

De plus, tous les bénéfices des ventes de livres Mitji — Mangeons ! sera reversé au Elsipogtog Senior Centre pour aider à financer son programme communautaire.

C’est un processus d’amourrésume Margaret Augustine. C’est un cadeau pour nos communautés et pour les alliés de la nation mi’kmaq.

D’après le rapport de Savane Awde, Radio-Canada

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les livres de la médiathèque auront plus de place
NEXT Le politologue Gilles Kepel décrypte le conflit entre Israël et le Hamas au Salon du livre de Digne