Les civils polonais s’entraînent en pensant à l’armée, à l’Ukraine et à la Biélorussie.

Les civils polonais s’entraînent en pensant à l’armée, à l’Ukraine et à la Biélorussie.
Les civils polonais s’entraînent en pensant à l’armée, à l’Ukraine et à la Biélorussie.

Sur une base militaire polonaise au sud-ouest de Varsovie, 200 civils s’affairent à tirer, à lancer des grenades factices et à pratiquer des tactiques militaires au cours d’un week-end d’été ensoleillé.

La session d’entraînement à Tomaszów Mazowiecki est l’un des quelque 20 projets proposés par l’armée polonaise aux civils, à un moment où la guerre fait rage dans l’Ukraine voisine et où les tensions augmentent à la frontière avec la Biélorussie.

« J’ai deux enfants, je voulais apprendre les bases de la survie et ce qu’il faut faire dans une situation dangereuse », explique à l’AFP Monika Ludwiczak, secrétaire d’école de 41 ans.

« Peut-être qu’un jour je devrai défendre mes propres enfants », dit-elle.

Tout comme elle, certains ont une arme entre les mains pour la première fois de leur vie.

D’autres veulent simplement se familiariser avec de nouvelles armes et tactiques.

« Je ne sais pas dans quelle direction les choses vont évoluer, mais nous voulons être prêts », explique Tomasz Sandkowski, un investisseur de 54 ans qui a déjà fait son service militaire.

« Les deux dernières années ont renforcé ce besoin », a-t-il déclaré, faisant référence à la guerre en Ukraine.

– « De plus en plus de bénévoles » –

La Pologne, grand soutien de Kiev, est confrontée à des problèmes de sécurité dans la partie orientale de son territoire avec la Biélorussie, alliée de la Russie.

Le gouvernement polonais accuse les autorités biélorusses d’encourager les migrants à traverser la frontière de l’UE dans le cadre d’une forme de « guerre hybride ».

En juin, un soldat polonais a été poignardé à mort alors que des migrants tentaient d’entrer en Pologne, dans des circonstances qui font encore l’objet d’une enquête.

L’armée polonaise organise des séances d’entraînement militaire gratuites de huit heures, considérées comme une opportunité de piquer l’intérêt des recrues potentielles.

Parmi les 200 personnes présentes à la formation à Tomaszów Mazowiecki, 10 % ont déclaré qu’elles envisageaient un éventuel engagement futur.

« En participant à un tel projet, un volontaire peut voir de l’intérieur à quoi ressemble la vie dans l’armée », a déclaré à l’AFP le sous-lieutenant Borek, qui a demandé à ne pas révéler son prénom, travaillant au centre de recrutement militaire de Tomaszów Mazowiecki.

« Chaque année, nous avons de plus en plus de bénévoles », ajoute-t-elle.

« Nous voyons ce qui se passe en Ukraine », a déclaré le lieutenant-colonel Zbigniew Kowalski de la 25e brigade de cavalerie aérienne de Tomaszów Mazowiecki.

« Nous savons bien quelles compétences la population devrait avoir pour faire face au contexte actuel », insiste-t-il.

Vous avez un projet immobilier en tête ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des complots néo-nazis visant à empoisonner des enfants juifs.
NEXT Obama estime que Biden devrait reconsidérer sa candidature à la présidence.