Les dirigeants du Mercosur condamnent l’absence de Milei à leur sommet.

Les dirigeants du Mercosur condamnent l’absence de Milei à leur sommet.
Les dirigeants du Mercosur condamnent l’absence de Milei à leur sommet.

Les dirigeants condamnent l’absence de Javier Milei à leur sommet

Les dirigeants des pays du Mercosur ont critiqué lundi leur homologue argentin pour son absence au sommet.

Publié aujourd’hui à 04:03 Mis à jour il y a 6 heures

Abonnez-vous maintenant et profitez de la fonction de lecture audio.

BotTalk

Le président argentin Javier Milei a été vivement critiqué lundi par ses homologues du Mercosur pour son absence au sommet de la zone de libre-échange latino-américaine, après avoir assisté la veille à une conférence d’extrême droite au Brésil. Le président brésilien de gauche Luis Inacio Lula da Silva a qualifié l’absence de Milei d'”énorme erreur”, a-t-il déclaré à la presse en marge du sommet au Paraguay.

Le président ultra-libéral argentin s’est heurté à plusieurs dirigeants de gauche depuis son arrivée au pouvoir en décembre, qualifiant récemment Luis Inacio Lula da Silva de « petit gauchiste » avec un « égo surdimensionné ». Mais lors de la réunion du Mercosur de lundi, même les dirigeants de droite Luis Lacalle Pou d’Uruguay et Santiago Pena du Paraguay ont déploré l’absence de Javier Milei.

L’Argentine était représentée par la ministre des Affaires étrangères Diana Mondino. Le sommet du Mercosur était le premier pour la Bolivie, un nouveau membre du Mercosur. Il a eu lieu une semaine après que la Bolivie a rappelé son ambassadeur à Buenos Aires en signe de protestation contre les propos de Javier Milei qui a mis en doute la tentative de coup d’Etat présumée contre son homologue Luis Arce, un allié de Lula, la qualifiant de « frauduleuse ».

Le Brésil réaffirme ses liens étroits avec la Chine

Le même jour, la présidence argentine a annoncé que, pour des « problèmes de calendrier », le président Milei ne participerait plus au sommet du Mercosur. Il s’est rendu au Brésil pour assister à la Conférence d’action politique conservatrice (CPAC), qui rassemble l’extrême droite latino-américaine, avec l’ancien dirigeant brésilien Jair Bolsonaro. La ministre argentine des Affaires étrangères a critiqué, lors de son discours de lundi, un « excès » de réglementations commerciales au sein du Mercosur, qui, selon elle, entravent ses capacités d’exportation.

L’Uruguay réclame depuis longtemps une plus grande flexibilité pour permettre aux membres du bloc de conclure des accords bilatéraux de libre-échange avec des pays tiers comme la Chine. Le Brésil a réaffirmé ses liens étroits avec la Chine sous la présidence de Lula, tandis que Javier Milei a menacé de couper ses liens avec Pékin pendant sa campagne.

Le sommet paraguayen s’est tenu dans un contexte de tensions autour d’un accord de libre-échange longtemps retardé entre l’Union européenne et le Mercosur, que le président français Emmanuel Macron a qualifié de « très mauvais » en mars. Fondée en 1991, la zone de libre-échange Mercosur regroupe l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et la Colombie, ainsi que plusieurs autres pays d’Amérique latine qui lui sont associés.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Vous souhaitez rester au courant de l’actualité ? « 24 heures » vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte mail. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Autres newsletters

Ouvrir une session

AFP

Vous avez trouvé une erreur ? Merci de nous la signaler.

1 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un juge rejette les accusations contre Trump, une autre victoire pour l’ex-président – ​​.
NEXT Le meurtrier présumé arrêté grâce aux proches des victimes – .