La BAD finance les maraîchers appartenant à des femmes à hauteur de 17 millions de dollars.

La BAD finance les maraîchers appartenant à des femmes à hauteur de 17 millions de dollars.
La BAD finance les maraîchers appartenant à des femmes à hauteur de 17 millions de dollars.

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) accorde un don de 17 millions de dollars pour renforcer la résilience des femmes maraîchères, ajouter de la valeur aux produits agricoles et augmenter les revenus des femmes rurales.
Le projet affectera directement près de 22 200 ménages et indirectement près de 90 000 personnes.

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé, le 27 juin 2024 à Abidjan, un don de 17 millions de dollars à la République islamique de Mauritanie pour la mise en œuvre du Projet de promotion des chaînes de valeur agricoles sensibles au genre et de l’entrepreneuriat féminin en appui au Programme d’appui à la transformation agricole en Mauritanie.

Augmentation de la productivité

L’appui provient du Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP) et vise à accroître la productivité et à ajouter de la valeur aux produits agricoles, afin d’accroître les revenus des femmes et de soutenir la promotion de l’entreprenariat féminin et des filles. A l’instar du Programme d’appui à la transformation agricole dans ce pays du Sahel, actuellement en cours de mise en œuvre, ce projet constitue une opération d’adaptation au changement climatique et de promotion de l’inclusion.

« Favoriser l’autonomisation des femmes… »

« Ce projet constitue un levier important pour la transformation agricole en Mauritanie. Il renforcera l’autonomisation des femmes, la productivité, la production et le conditionnement des légumes. Il favorisera la création de centres et de bassins de production maraîchère locale en toutes saisons, évitant ainsi les ruptures de production au niveau national », a expliqué le responsable pays de la Banque pour la Mauritanie. Malinne Blomberg.

Les principales réalisations du projet concernent les aménagements structurants et résilients et l’aménagement de zones maraîchères destinées aux femmes (1 014 hectares répartis sur 321 petites unités modulaires de deux à quatre hectares) et 4 500 hectares de bassins de décrue améliorés. Par ailleurs, il est prévu de construire et d’équiper douze plateformes intégrées (centres polyvalents de promotion des activités féminines connectés à Internet) et deux unités de conditionnement et de stockage de légumes ainsi que six marchés de proximité aux légumes. Le programme prévoit la promotion de la culture entrepreneuriale féminine (mise en place de startups innovantes, de jeunes entrepreneurs, de processus d’agrégation, etc.). Il prévoit également le renforcement des capacités des acteurs de la chaîne de valeur maraîchère, l’appui à l’organisation et à la structuration des organisations féminines (près de 205 coopératives maraîchères féminines), ainsi que la mise en place de douze caisses d’épargne et de crédit agricoles.

Régions bénéficiaires du don

Le projet couvrira quatorze communes des régions du Brakna et du Trarza, considérées parmi les plus vulnérables du pays. La vulnérabilité touche particulièrement les femmes. Le projet touchera directement près de 22 200 ménages et indirectement près de 90 000 personnes. Il permettra ainsi d’améliorer la sécurité alimentaire et de renforcer la résilience des ménages, notamment des groupes vulnérables (femmes et jeunes) à travers la mise en place de systèmes d’irrigation innovants et performants, la promotion de l’utilisation de l’énergie solaire, la transformation agricole, l’accès aux marchés et la mise à niveau des chaînes de valeur.

Pour rappel, le portefeuille actif du Groupe de la Banque Africaine de Développement pour la Mauritanie comprend actuellement vingt opérations pour des engagements financiers nets de 422 millions de dollars.

Par En écrivantComité éditorial

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Vols suspendus à l’aéroport suite à l’éruption de l’Etna – .
NEXT les drogues synthétiques suscitent l’inquiétude à Bissau – .