le choix entre l’extrême droite et l’humanisme – .

le choix entre l’extrême droite et l’humanisme – .
le choix entre l’extrême droite et l’humanisme – .

Le choix entre l’extrême droite et l’humanisme

.

René Longet Ancien élu socialiste

Publié aujourd’hui à 11h50

Abonnez-vous maintenant et profitez de la fonction de lecture audio.

BotTalk

Partout dans le monde, l’extrême droite capitalise sur les frustrations, le sentiment d’abandon et la colère de larges pans de la population qui ne voient aucune amélioration de leur sort. Elle se définit par le repli sur une nation présentée comme une seule pièce et immuable, alors que nos identités sont le fruit de métissages incessants et donc multiples et évolutives. Mais aussi par la nostalgie d’un ordre moral patriarcal et paternaliste, conformiste et hypocrite.

Elle parle des questions d’intégration des différentes cultures, de sécurité, de pouvoir d’achat, de toutes choses qui ne lui appartiennent pas et pour lesquelles ses réponses sont soit irrespectueuses de l’être humain, soit irréfléchies. En matière écologique, elle accélère la course à l’abîme, en méprisant les plateformes internationales de négociation et de décision, en ignorant le risque climatique et en rejetant aussi bien la notion de durabilité que celle de transition. Trump et Bolsonaro ont manié la tronçonneuse et soutenu les énergies fossiles comme jamais auparavant, et Bardella promet de déconstruire les éoliennes !

L’État de droit et l’indépendance de la justice ne la concernent pas, elle admire Poutine et promeut l’illibéralisme cher à Orban. D’ailleurs, un ministre polonais de cette obédience avait pointé du doigt les cyclistes, les végétariens et les homosexuels avec sa vindicte pêle-mêle… Qu’ont-ils en commun ? Ne pas correspondre à son idéal de virilité. Alors que nous devrions nous diriger vers une nation européenne, elle prône une Europe des nations sans impulsion ni poids dans le monde.

La cause de cette irruption des fantômes d’un passé que l’on croyait révolu ? Un grand désarroi face à la rupture du contrat social, l’abandon des territoires, les migrations mal régulées, le manque de sécurité et de volonté politique pour améliorer les conditions du vivre ensemble au quotidien. Le modèle économique focalisé uniquement sur la responsabilité individuelle, et sur la croissance pour éviter toute politique redistributive au profit d’une supposée percolation des richesses en est une cause majeure. Plus il y a de riches, moins il y a de pauvres ? Si c’était vrai, on le saurait. Il n’est pas difficile dans ces conditions de renforcer les peurs, de les diriger vers les autres, « pas comme nous » ; en activant le cerveau reptilien, les terribles simplificateurs jouent avec le feu.

C’est ainsi que l’on passe de la liberté au normatif, de la créativité au conventionnel, de la diversité aux fausses certitudes. Diviser est tellement plus facile qu’unir… Les responsabilités de la gauche sont aussi engagées, il s’agira de ne plus se perdre dans des querelles identitaires, qui risquent d’occulter son engagement de longue date en faveur de l’égalité des chances et des droits, et de mettre en avant les emplois et les perspectives économiques offertes par la transition écologique.

Il est temps de réinventer un humanisme déterminé, réaliste, respectueux, efficace, capable de transformer le mécontentement en énergies positives. Les grands leaders du bien y sont parvenus : Gandhi, Martin Luther King, Mandela ; ils nous rappellent que si l’homme est capable du pire, le meilleur est aussi possible !

Bulletin

« La Tribune des Opinions »

Avec la Tribune des Opinions, retrouvez chaque lundi les analyses, éditos, courriers des lecteurs, avis d’experts… Autant d’éclairages pour vous aider à vous forger votre propre opinion.

Autres newsletters

Ouvrir une session

Vous avez trouvé une erreur ? Merci de nous la signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le transfert des avions F-16 a commencé et la « Légion ukrainienne » est lancée – .
NEXT Antilles menacées par l’ouragan Beryl, classé « extrêmement dangereux » : Actualités