à Gaza, l’Aïd al-Adha sous le signe de la faim

à Gaza, l’Aïd al-Adha sous le signe de la faim
à Gaza, l’Aïd al-Adha sous le signe de la faim

Si l’Aïd El Adha est synonyme de célébrations et de copieux repas de famille pour les musulmans du monde entier, pour les Palestiniens déplacés dans la bande de Gaza, l’histoire est complètement différente.

En un an, la vie des Palestiniens a été complètement bouleversée. Cette année, les familles ne peuvent pas célébrer l’Aïd El Adha comme elles le devraient, puisque la zone est le théâtre du conflit entre Israël et le Hamas depuis octobre dernier. Les habitants rencontrent des difficultés à se nourrir au quotidien et selon l’ONU, le risque de famine est imminent.

Pour Um Fadi Shonnar, réfugiée au sud de Gaza, la situation est devenue insupportable : « La guerre dure depuis longtemps et nous ne pouvons plus supporter cette situation. Nos maisons ont été détruites, psychologiquement et financièrement nous avons été détruits. Nous vivons dans des tentes. La maladie, la pauvreté et la faim nous ont anéantis. Nous, les adultes, sommes fatigués, alors qu’en est-il des enfants ? Pour notre bien et celui de nos enfants, la guerre doit cesser », confie-t-elle.

Une petite lueur d’espoir

Selon les données partagées par l’Organisation mondiale de la santé, la situation est plus que critique. Plus de 8 000 enfants de moins de cinq ans ont déjà été traités pour malnutrition aiguë.

Ce dimanche, une annonce du gouvernement israélien a apporté une petite lueur d’espoir. Une trêve quotidienne de 11 heures a été instaurée. Cela aura lieu tous les jours jusqu’à nouvel ordre et devrait contribuer à augmenter le volume de l’aide humanitaire entrant à Gaza.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le nouveau gouvernement sud-africain proclame son soutien au Polisario – .
NEXT Pour financer sa guerre, Poutine utilise l’arme des impôts.