18 ans de prison pour les deux accusés de l’attentat de Nice – rts.ch

18 ans de prison pour les deux accusés de l’attentat de Nice – rts.ch
18 ans de prison pour les deux accusés de l’attentat de Nice – rts.ch

La cour d’assises spéciale de Paris a condamné jeudi à 18 ans de prison les deux prévenus jugés en appel pour leur rôle dans l’attentat de Nice, le deuxième plus meurtrier commis en France. L’attaque avait fait 86 morts le 14 juillet 2016.

Le tribunal a confirmé les peines prononcées en première instance contre deux hommes, poursuivis pour association de malfaiteurs terroriste, en y ajoutant une période de sûreté de deux tiers.

L’un des prévenus s’est également vu interdire de séjour dans les Alpes-Maritimes pour une durée de 15 ans, tandis que le second, un migrant tunisien sans papiers, a été définitivement interdit de séjour sur le territoire français à l’issue de sa peine. Les deux hommes seront inscrits au Fichier des auteurs d’infractions terroristes (Fijait). Ils disposent de cinq jours pour se pourvoir en cassation.

Déception

Le verdict a suscité une certaine déception parmi les parties civiles, qui espéraient que le tribunal suivrait les réquisitions du parquet. Ce dernier avait requis 20 ans d’emprisonnement, soit le maximum prévu par la loi.

Christophe Petiteau, le président de la cour d’assises spéciale, a affirmé que la cour avait la ferme conviction que “l’attentat a été conçu dans le cadre d’une association de malfaiteurs terroriste”.

>> Relisez : Le tueur niçois se préparait depuis des mois avec plusieurs complices

L’un des prévenus “a participé à la recherche des armes et du camion” utilisés par le chauffeur-livreur abattu par les forces de l’ordre au terme de sa course meurtrière au volant d’un camion de 19 tonnes, a jugé le tribunal.

“Donnes moi une chance”

Christophe Petiteau a affirmé que le deuxième accusé avait envoyé des « messages de décapitation » et a laissé entendre dans d’autres échanges que « des véhicules s’engouffrent dans les gens ». “Il a lui-même reconnu avoir pu influencer l’auteur de l’attentat, ce que la suite des événements a malheureusement confirmé”, a souligné le magistrat.

“Donnez-moi une chance”, a demandé l’homme jeudi matin avant que le tribunal ne se retire pour délibérer. «Je ne suis pas un terroriste. Je n’ai rien à voir avec cette attaque. Je ne suis pas dangereux. Je suis contre toute forme de violence », a-t-il imploré. Son coaccusé, dont les capacités intellectuelles sont très affaiblies, selon les experts, n’a pas souhaité s’exprimer.

Estimant que l’affaire ne reposait que sur des “fantasmes” et des “hypothèses”, les avocats des deux accusés ont plaidé mardi et mercredi leur acquittement.

L’attentat de Nice a été revendiqué par l’organisation Etat islamique mais aucun lien n’a pu être établi entre le mouvement jihadiste et l’auteur de l’attentat, ont conclu les enquêteurs.

afp/edel

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Antilles menacées par l’ouragan Beryl, classé « extrêmement dangereux » : Actualités