mise en œuvre d’une plateforme basée sur la blockchain pour renforcer la gestion de la paie

mise en œuvre d’une plateforme basée sur la blockchain pour renforcer la gestion de la paie
mise en œuvre d’une plateforme basée sur la blockchain pour renforcer la gestion de la paie

Guinée-Bissau : mise en service d’une plateforme basée sur la blockchain pour renforcer la gestion de la paie

29 mai 2024

Bissau. Une mission de renforcement des capacités, dirigée par Concha Verdugo-Yepes, économiste principale et chef de projet au département Afrique du FMI, se trouve actuellement à Bissau du 27 au 31 mai. Ce mercredi 29 mai, elle participe au lancement officiel du « solution basée sur la blockchain qui vise à renforcer la transparence de la gestion de la paie au sein des ministères des Finances et de l’Administration publique.

À la fin de la cérémonie de lancement, organisée la Cour des comptes et présidée par le Premier ministre, M. Rui Duarte de Barros, et par le ministre des Finances, M. Ilídio Vieira Té, Mme Verdugo-Yepes a souligné que c’était une réalisation remarquable pour un État fragile :

« La Guinée-Bissau est l’un des premiers pays d’Afrique subsaharienne à utiliser la technologie de la blockchain numérique pour améliorer la gestion de la paie de l’administration publique, promouvoir la transparence budgétaire et lutter contre les vulnérabilités de la paie. de gouvernance. Cette innovation peut contribuer à renforcer la confiance du public dans les institutions budgétaires, à accroître la responsabilité des parties prenantes et à réduire toute perception de corruption dans l’administration.

« La technologie Blockchain détecte les anomalies et déclenche des alertes lorsque les informations salariales sont incohérentes. Il permet de réduire le travail d’audit et de rapprochement et fournit en temps opportun des données fiables et de haute qualité aux modèles d’IA.

« Cette solution pourrait contribuer à résoudre des problèmes d’une importance macroéconomique cruciale et à assurer le succès du programme soutenu par le FMI. Lorsque nous avons démarré le projet en 2020, la masse salariale représentait 84 % des recettes fiscales, soit le ratio le plus élevé de la région. Cela signifie que pour chaque tranche de 100 $ d’impôts perçus, 84 $ ont été dépensés en salaires. Il restait peu de ressources pour la santé, l’éducation, les infrastructures ou le remboursement de la dette. Ce ratio est désormais de 53%, mais il reste élevé par rapport au taux de convergence de la région de 35%.

« Nous remercions les autorités pour leur collaboration tout au long de ce processus, notamment dans la conception d’une plateforme basée sur la blockchain adaptée à la Guinée-Bissau, aux côtés de notre partenaire technologique Ernst and Young, et pour leur participation à des formations qui facilitent l’adoption de cette technologie. Nous sommes également reconnaissants du soutien apporté par d’autres partenaires de développement majeurs, tels que le PNUD, la Banque africaine de développement, les gouvernements de la France et du Japon et les partenaires donateurs du Centre régional d’assistance technique du FMI pour l’Afrique de l’Ouest (AFRITAC Ouest) : Belgique, Chine, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Suisse, Union européenne et Banque européenne d’investissement.

« La balle est désormais dans le camp des autorités bissau-guinéennes. Toutefois, le FMI reste prêt à apporter son soutien pour réussir le déploiement de cette solution dans d’autres ministères dans les mois à venir, l’AFRITAC Ouest. »

Contexte : la solution présentée est une plateforme numérique qui garantit la disponibilité d’un ensemble fiable de données de paie. Il dispose de fonctionnalités permettant de protéger l’intégrité des données, de vérifier en temps réel si les fonctionnaires remplissent les conditions requises, de surveiller l’exécution du budget des salaires, de contrôler les paiements approuvés des salaires et pensions des fonctionnaires et leurs décaissements par les banques commerciales. Cette solution détecte également les anomalies dans les données et produit des rapports en temps quasi réel pour guider les décideurs.

Département de la communication du FMI
RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: Nicolas Mombrial

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100E-MAIL: [email protected]

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Elle reste immobilisée pendant trois jours à côté du corps de son petit ami