La BAD appelle à une réforme de l’architecture financière mondiale pour atteindre les ODD en Afrique

La BAD appelle à une réforme de l’architecture financière mondiale pour atteindre les ODD en Afrique
La BAD appelle à une réforme de l’architecture financière mondiale pour atteindre les ODD en Afrique

AA/Abidjan/Fulbert Yao

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a appelé mercredi à Nairobi à une réforme de l’architecture financière mondiale, afin de « mobiliser encore plus de ressources financières » pour « atteindre les objectifs de développement durable de l’Afrique ».

Adesina s’exprimait lors de l’ouverture officielle des Assemblées annuelles de la BAD qui se tiennent du 27 au 31 mai à Nairobi, au Kenya, sur le thème « La transformation de l’Afrique, le Groupe de la Banque africaine de développement et la réforme de l’architecture financière mondiale.

En perspective, la BAD a introduit plusieurs innovations financières, selon le président Adesina.

Le mois dernier, l’institution a émis 750 millions de dollars de capitaux hybrides sur le marché mondial des capitaux, une première pour une banque multilatérale de développement. Ce capital, qui sera levé 3 à 4 fois, permettra d’augmenter significativement la capacité de prêt de la Banque.

Adesina a également salué la récente approbation par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) de l’utilisation des droits de tirage spéciaux (DTS) comme capital hybride, une proposition élaborée conjointement par la BAD et la Banque interaméricaine de développement.

« Si la limite approuvée de 20 milliards de DTS est versée aux banques multilatérales de développement comme la nôtre, nous serons en mesure de fournir au moins 80 milliards de dollars de nouveau soutien financier », a-t-il déclaré, appelant tous les actionnaires à soutenir cette vision.

Dans la lutte contre le changement climatique, la BAD mobilisera 25 milliards de dollars de financement climatique.

La BAD renforce également les partenariats mondiaux pour l’Afrique. Avec le soutien du G7, l’Affirmative Financing Action Initiative for Women (AFAWA) facilite l’accès des femmes au financement. L’AFAWA a approuvé 1,7 milliard de dollars pour plus de 18 300 entreprises appartenant à des femmes et vise à atteindre 2 milliards de dollars d’ici la fin de l’année.

Pour soutenir l’entrepreneuriat des jeunes, la BAD a créé des banques d’investissement pour l’entrepreneuriat des jeunes l’Agence française de développement. Les premières initiatives au Libéria et en Éthiopie, dotées d’un financement respectivement de 16 et 12 millions de dollars, ont déjà été approuvées, et d’autres pays préparent leurs soumissions.

En partenariat avec la Banque islamique de développement et l’Agence française de développement, la BAD finance le programme i-DICE au Nigeria, visant à créer 6 millions d’emplois et à ajouter 6,4 milliards de dollars à l’économie.

Enfin, la BAD, la plateforme d’investissement Africa 50 et l’Union africaine ont lancé l’Alliance pour les infrastructures vertes en Afrique (AGIA), visant à mobiliser 10 milliards de dollars pour les infrastructures vertes et à accélérer les transitions vertes sur le continent.

Seule une partie des dépêches, que l’Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de radiodiffusion interne (HAS), est diffusée sur le site Internet d’AA, sous forme de résumé. Merci de nous contacter pour vous abonner.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’ONG ALIMA recrute pour ce poste (17 juin 2024)
NEXT Des militants kenyans protestent contre de nouvelles hausses d’impôts