Pyongyang accuse Washington et Séoul d’« activités d’espionnage »

Pyongyang accuse Washington et Séoul d’« activités d’espionnage »
Pyongyang accuse Washington et Séoul d’« activités d’espionnage »

La Corée du Nord accuse Washington et Séoul d'”espionnage”

Publié : 26/05/2024, 16h01

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

La Corée du Nord a accusé dimanche Washington et Séoul de mener des opérations d’espionnage près de la péninsule coréenne. Elle a prévenu qu’elle prendrait des « mesures immédiates » si sa souveraineté était violée, selon les médias d’État.

Le vice-ministre nord-coréen de la Défense, Kim Kang II, a déclaré que Washington avait déployé des dizaines d’avions militaires “dans le cadre d’une activité d’espionnage contre la RPDC du 13 au 24 mai”, selon un communiqué relayé par l’agence de presse officielle KCNA, reprenant l’acronyme du nom officiel de la Corée du Nord.

Ces activités d’espionnage, observées depuis 12 jours par Pyongyang, sont “à un niveau supérieur à un état de guerre”, ajoute le communiqué. “Cet espionnage militaire hostile, associé à divers exercices militaires, est devenu la cause profonde de l’escalade constante des tensions militaires régionales”, a fustigé le vice-ministre.

“L’intrusion de l’ennemi”

Pyongyang a également dénoncé « l’intrusion de l’ennemi », la marine sud-coréenne, « au-delà de notre frontière maritime ». Le vice-ministre nord-coréen a assuré que Pyongyang « prendrait les mesures nécessaires ».

Il a également critiqué l’envoi de ballons vers le Nord depuis le Sud transportant des messages hostiles au régime nord-coréen, qualifiant cet acte de « provocation dangereuse » et menaçant de « représailles ».

Bien que le lancement de tracts soit interdit en Corée du Sud depuis 2021, les Sud-Coréens continuent d’envoyer des ballons vers le Nord, provoquant l’ire de Pyongyang qui dénonce cette pratique.

Les relations intercoréennes sont à leur plus bas niveau depuis des années. Depuis le début de l’année, le pays a qualifié la Corée du Sud de « principal ennemi », fermé les agences dédiées à la réunification et au dialogue intercoréen, et menacé de guerre en cas de violation de son territoire. “ne serait-ce que de 0,001 millimètre”.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Voulez-vous rester au courant de l’actualité? La Tribune de Genève vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

ATS

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

1 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Elle reste immobilisée pendant trois jours à côté du corps de son petit ami