En Lituanie, le président Gitanas Nauseda obtient un nouveau mandat

En Lituanie, le président Gitanas Nauseda obtient un nouveau mandat
En Lituanie, le président Gitanas Nauseda obtient un nouveau mandat

Le président lituanien sortant, Gitanas Nauseda, a été réélu dimanche 26 mai à l’issue du second tour, selon des résultats officiels quasi complets, et son rival a reconnu sa défaite.

Après avoir dépouillé 96% des bulletins, la Commission électorale lui a crédité 74,6% des voix. Le taux de participation au second tour s’est élevé à 49,61%. La Première ministre, Ingrida Simonyte, «a félicité le président élu de Lituanie».

Le peuple lituanien « m’a confié un grand mandat de confiance et je suis bien conscient que je dois chérir ce crédit de confiance »a déclaré M. Nauseda, s’adressant à - à Vilnius. « Maintenant que j’ai cinq ans d’expérience, je pense que je pourrai certainement utiliser ce joyau correctement, avant tout pour atteindre les objectifs de bien-être de tous les résidents de Lituanie »il ajouta.

Avant d’être élu en 2019, Gitanas Nauseda a eu une longue carrière dans le secteur bancaire. Très populaire à la fin de son premier mandat, il obtient le soutien du Parti social-démocrate, qui choisit de ne pas présenter de candidat à l’élection présidentielle. Une décision justifiée par le « haut niveau de confiance » dont bénéficie le président sortant auprès des électeurs et du respect dont il jouit sur la scène internationale, ainsi que par la situation sécuritaire.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La Lituanie face à l’infiltration d’espions russes et biélorusses

Ajouter à vos sélections

Le budget de la défense porté à 3% du PIB en 2025

Le président lituanien dirige la politique de défense et la politique étrangère et participe aux sommets de l’Union européenne et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), mais doit consulter le gouvernement et le Parlement pour nommer les hauts responsables. responsable.

Dans ce petit pays de 2,8 millions d’habitants, qui partage 680 kilomètres de frontière avec la Biélorussie et 277 kilomètres avec l’enclave russe de Kaliningrad, les questions sécuritaires ont largement dominé la campagne électorale. Sur ce sujet, les deux candidats avaient des positions très similaires, tant du point de vue de leur intransigeance envers la Russie et de leur soutien inconditionnel à l’Ukraine, que de leur analyse des risques pesant sur la sécurité du pays.

Le 21 mars, le Parlement a voté une motion fixant le budget minimum de la défense à 3 % du PIB à partir de 2025 (contre 2,75 % actuellement). La Lituanie vient d’annoncer qu’elle installerait dans les mois à venir des fortifications permanentes à certains points stratégiques de sa frontière. Ils s’ajouteront aux dix-huit « parcs de contre-mobilité » répartis dans tout le pays, où seront stockés du matériel (obstacles antichar, blocs de béton armé, bobines de fil barbelé) destiné à ralentir la progression d’une force ennemie.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Gitanas Nauseda, président de la Lituanie : « Si l’aide ne suffit pas, nous devrons trouver d’autres moyens d’intervenir en Ukraine »

Ajouter à vos sélections

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT en Italie, l’extrême droite de Meloni en tête – Libération – .