les gagnants complets de la 77e édition du festival

les gagnants complets de la 77e édition du festival
les gagnants complets de la 77e édition du festival

La grand-messe du cinéma s’est terminée samedi soir sur la Croisette, avec une Palme d’Or pour Anora et deux récompenses pour le Français Jacques Audiard avec Émilie Pérez.

Palme d’Or – Anora par Sean Baker

Lauréat du prix le plus prestigieux du Festival de Cannes – et remis par le non moins prestigieux George Lucas -, Anora de l’Américain Sean Baker raconte la liaison tumultueuse d’une escort girl et du fils d’un oligarque russe. Puis leur mariage, brisé par les violences de la famille du mari. Le cinéaste de 53 ans a profité de son temps de parole pour rendre hommage à «toutes les travailleuses du sexe.» Il a également plaidé pour la survie des cinémas : «Nous devons faire des films pour les amener en salles

C’est la première médaille d’or américaine depuis Arbre de la vie de Terrence Malik en 2011. Sean Baker a remercié ses deux modèles cinématographiques : Francis Ford Coppola (présent sur scène) et David Cronenberg.

Lire aussiDe la Palme d’Or pour Anora au sacre de George Lucas, revivez la soirée de clôture du Festival de Cannes

Grand Prix – Tout ce que nous imaginons comme lumière par Payal Kapadia

Le réalisateur Payal Kapadia a serré les trois actrices principales dans ses bras.
Stéphane Mahé / REUTERS

Médaille d’argent pour Tout ce que nous imaginons comme lumière , le premier film indien présenté en compétition depuis 30 ans. Le film du réalisateur indien Payal Kapadia raconte les pérégrinations d’un trio de femmes – en saris sur la plateforme du Palais – à Mumbai (Bombay). Prahba, Anu et Parvaty cherchent à échapper aux chaînes de la société indienne influencée par le leader du pays, Narendra Modi. Tout ce que nous imaginons comme lumière franchit les frontières : son succès se répercute jusqu’en Europe.

Prix ​​du Jury – Émilie Pérez de Jacques Audiard

Jacques Audiard a remporté le prix du jury.
Stéphane Mahé / REUTERS

Je pense que tout le monde dans cette salle sait ce que coûte la réalisation d’un film., a déclaré Xavier Dolan avant la remise du Prix du Jury. Une deuxième victoire pour cette comédie musicale de Jacques Audiard, déjà distinguée par le prix d’interprétation féminine. Le réalisateur avait déjà remporté le Grand Prix du Jury en 2009 pour un prophète.

Prix ​​de l’acteur masculin – Jesse Plemons

Omar Sy a remis le prix d’interprétation masculine à Jesse Plemons pour son rôle dans Sortes de gentillesse du réalisateur Yórgos Lánthimos (Le homard). L’acteur n’était pas présent pour recevoir sa distinction : Matthieu Rey, son attaché de presse, a lu le message. Dans le premier triptyque du film, il met en scène Robert, un homme soumis à Raymond (Willem Dafoe), un esthète sophistiqué qui surjoue la gentillesse et l’utilise à sa guise.

Un prix spécial a ensuite été décerné au cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, contraint à l’exil clandestin à cause de son dernier film, La Graine de la figue sacrée.

Prix ​​du meilleur réalisateur – Miguel Gomes pour Grande tournée

Le réalisateur portugais Miguel Gomes a remporté le prix de la mise en scène pour Super tournée. La tournée, c’est ce voyage d’un fonctionnaire britannique en Asie du Sud-Est en 1917. Des scènes en noir et blanc, représentant les années 1910, sont juxtaposées à des scènes tournées en couleur, qui se déroulent en 2020.

Prix ​​d’interprétation féminine – Les actrices deÉmilie Pérez

Le prix de l’interprétation féminine est décerné aux quatre actrices d’Emilia Perez, la comédie musicale de Jacques Audiard : Adriana Paz, Karla Sofía Gascón, Selena Gomez et Zoe Saldana.
Stéphane Mahé / REUTERS

L’artiste transgenre Karla Sofía Gascón, submergée par l’émotion, a été couronnée par le prix d’interprétation féminine. Elle n’est pas la seule, puisque «toutes les actrices d’Emilia Perez »le dernier film de Jacques Audiard, ont également été récompensées : Selena Gomez, Karla Sofia Gascon, Zoe Saldaña et Adriana Paz. Émilie Pérez raconte l’histoire d’un gangster mexicain qui change de sexe, puis abandonne ses pratiques criminelles pour fuir le pays et retrouver sa famille.

Prix ​​du scénario – La substance

Coralie Fargeat a remporté le prix du scénario.
Clodagh Kilcoyne / REUTERS

Le prix du scénario a été décerné à La substance , de Coralie Fargeat. Ce film, qui apparaît comme une critique du showbiz, met en vedette Demi Moore dans le rôle d’Elizabeth Sparkle. Menacée de perdre son emploi de présentatrice d’une émission de fitness, elle s’injecte une « substance » afin de créer une version plus jeune d’elle-même.

Appareil photo doré – Armand

Halfdan Ullmann Tondel affichant le trophée Golden Camera.
SAMEER AL-DOUMY / AFP

Le prix qui distingue les premiers films de jeunes réalisateurs, annoncé par Emmanuelle Béart, récompensé Armand par le Norvégien Halfdan Ullmann Tondel. Dans cette œuvre, un incident survenu à l’école oppose les histoires de deux enfants, Armand et Jon. Les familles seront dévastées.

Court métrage – L’homme qui ne pouvait pas rester silencieux

Nebojša Slijpeceviec a reçu le prix du court métrage.
Clodagh Kilcoyne / REUTERS

Présenté par Lubna Azabal, le gagnant est L’homme qui ne pouvait pas rester silencieux (« L’homme qui ne voulait pas se taire »). Le court métrage du Croate Nebojša Slijpeceviec raconte l’histoire d’un train de voyageurs arrêté par les forces paramilitaires. Alors que des civils sont arrêtés, un seul homme se lève pour s’opposer à cette injustice.

Un certain Regard – Chien noir

Cette histoire d’amitié entre un chien errant et un agent chargé de les éliminer en Chine a reçu vendredi le prix Un Certain Regard. Son directeur, Guan Hu, voulait «filmer le quotidien des laissés-pour-compte du développement industriel qui propulse l’économie du pays », selon le festival. Le jury, présidé par le Québécois Xavier Dolan, a également récompensé L’histoire de Souleymane de Boris Lojkine.

Semaine de la critique – Simon de la Montana par Federico Luis

Mercredi, le réalisateur argentin Federico Luis a reçu le Grand Prix de la Semaine de la Critique, section parallèle du festival, pour son premier film Simon de la Montana. Comme Un petit quelque chose en plus d’Artus, le long métrage met en scène des acteurs eux-mêmes handicapés mentaux, comme Lorenzo « Toto » Ferro, qui incarne Simón.

Palmier queer – Trois kilomètres jusqu’au bout du monde

Trois kilomètres jusqu’au bout du monde a reçu vendredi soir la Queer Palm, un prix alternatif décerné chaque année à Cannes à un long métrage abordant les questions LGBT. Dans ce film, le Roumain Emanuel Parvu cherchait à montrer les ravages de l’homophobie dans son pays d’origine avec Adi, 17 ans, agressé un soir dans la rue. Le lendemain, son monde était complètement bouleversé. Le jury était présidé par le cinéaste belge Lukas Dhont (Ferme, fille).

Palm Dog – Kodi dans Le procès du chien

Après le succès international de Messi, SnoopAnatomie d’une chuteLe Cannes Palm Dog de cette année a trouvé sa nouvelle star canine : Kodi, un Griffon croisé qui joue dans Le procès du chien de la franco-suisse Laetitia Dosch. Le prix a été décerné vendredi. Selon la coach de vie Juliette Roux-Merveille, Kodi «je ne savais pas comment crier. Pour le faire aboyer, l’équipe a dû imiter »le miaulement d’un chaton affamé.»

« data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” >

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’ADN vieux d’un millénaire nous en dit plus sur le sacrifice d’enfants mayas
NEXT A La Mecque, le grand pèlerinage des fidèles musulmans commence par une pensée pour Gaza