En Israël, une « garde humanitaire » se mobilise pour protéger des extrémistes les camions humanitaires se dirigeant vers Gaza – Libération

En Israël, une « garde humanitaire » se mobilise pour protéger des extrémistes les camions humanitaires se dirigeant vers Gaza – Libération
En Israël, une « garde humanitaire » se mobilise pour protéger des extrémistes les camions humanitaires se dirigeant vers Gaza – Libération

Rapports

Article réservé aux abonnés

Israël-Palestine, un conflit sans fin ?cas

Le saccage de plusieurs convois humanitaires incite un groupe de militants juifs et arabes à lancer une contre-offensive. Depuis le 20 mai, ils tentent d’intervenir contre les militants d’extrême droite.

Au point de contrôle de Tarqumiyyah, le point de passage entre la Cisjordanie et Israël le plus proche de Gaza, une pièce de théâtre à la manière israélienne est jouée. De chaque côté de la route, deux groupes de militants : des militants de gauche, partisans du partenariat entre juifs et arabes, et des extrémistes de droite, partisans du Grand Israël. Entre les deux, les camions d’aide humanitaire pour Gaza en provenance de Jordanie, que l’un veut laisser passer, et l’autre s’arrêter. Au milieu de tout cela, la police, garante des lois d’un Etat traumatisé.

Suf Patishi a 32 ans, avec une barbe pleine et des cheveux bouclés en désordre trônant sur une racine des cheveux dégarnie. La « garde humanitaire », c’est en partie son idée, née au sein de l’association Omdim Beyachad (Debout ensemble), qui prône depuis huit ans la coexistence par l’action. Il y a deux semaines, les mesures visant à bloquer les convois d’aide humanitaire vers Gaza sont devenues de plus en plus violentes. « Il fallait faire quelque chosedit Souf. On ne peut pas faire la paix sans espoir. Et on ne peut pas espérer avec un estomac vide.» Depuis lundi, des membres de la garde arrivent de tout le pays à Tarqumiyyah pour « obliger la police à faire son travail »détaille cet avocat pénaliste. “Si un extrémiste sort un couteau pour crever un pneu, nos caméras ne donnent pas à la police le choix de l’ignorer.”

Intimidation et crachats

C’est, selon lui, une réussite, sans doute parce qu’à Tarqumiyyah, entre air du désert

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les agences de l’ONU, dont l’UNRWA, doivent pouvoir opérer sans entrave à Gaza, déclare le G7
NEXT cinq personnes condamnées pour naufrage de migrants en 2022