La Cour internationale de Justice ordonne à Israël d’arrêter « immédiatement » son offensive sur Rafah

La Cour internationale de Justice ordonne à Israël d’arrêter « immédiatement » son offensive sur Rafah
La Cour internationale de Justice ordonne à Israël d’arrêter « immédiatement » son offensive sur Rafah

La Cour internationale de Justice (CIJ) a ordonné ce vendredi 24 mai à Israël de cesser son offensive militaire sur la ville de Rafah, à l’extrême sud de la bande de Gaza, dans le cadre de mesures de précaution visant à prévenir un crime de génocide dans la bande de Gaza. Territoire Palestinien.

Dans sa décision, la plus haute juridiction de l’ONU a déclaré qu’elle n’était « pas convaincue » que les mesures d’évacuation prises par Israël étaient suffisantes pour protéger les civils palestiniens. « Israël doit immédiatement mettre fin à son offensive militaire » à Rafah, a déclaré le président de la CIJ, Nawaf Salam.

La Cour internationale de Justice, statuant à la suite d’une demande de l’Afrique du Sud, a également exhorté Israël à maintenir le terminal de Rafah ouvert à l’aide humanitaire « sans restriction ». La CIJ a également ordonné à Israël de garantir un « accès sans entrave » aux enquêteurs mandatés par l’ONU pour enquêter sur les allégations de génocide.

La CIJ appelle également à la « libération immédiate et inconditionnelle » des personnes prises en otage par le Hamas. La Cour « juge profondément préoccupant qu’un grand nombre de ces otages restent en captivité et réitère son appel à leur libération ».

Des décisions « fermes » saluent l’Afrique du Sud

Le tribunal a statué à la suite d’une demande de l’Afrique du Sud, qui souhaitait que la Cour internationale de Justice ordonne à Israël de cesser toutes ses opérations militaires, y compris à Rafah, et de faciliter l’accès à l’aide humanitaire.

Suite à l’arrêt, le pays a salué la décision de la Cour. “Il s’agit d’un ensemble de mesures intérimaires dont la formulation est beaucoup plus ferme et qui constituent un appel très clair à la cessation des hostilités”, a déclaré le ministre sud-africain des Affaires étrangères, Naledi Pandor, à la chaîne de télévision nationale SABC.

En janvier, le tribunal a ordonné à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher tout acte de génocide et permettre l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza. Mais l’Afrique du Sud a estimé qu’une nouvelle décision était nécessaire, compte tenu de l’évolution de la situation, notamment à Rafah.

Netanyahu va consulter ses ministres

En réponse, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il réunirait plusieurs ministres de son gouvernement pour une « consultation » lors d’une conférence téléphonique.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale qui demandait des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par le Hamas, au cours de laquelle plus de 1 170 personnes sont mortes.

La vaste offensive lancée en réponse par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35 800 personnes ont été tuées, selon les données du ministère de la Santé du gouvernement Hamas.

Article original publié sur BFMTV.com

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Trois Nigériens placés sous mandat d’arrêt par la justice béninoise
NEXT La conférence pour la paix en Ukraine s’ouvre en Suisse mais sans la Russie