De plus en plus d’enseignants francophones sont mécontents des écoles inclusives – rts.ch – .

De plus en plus d’enseignants francophones sont mécontents des écoles inclusives – rts.ch – .
De plus en plus d’enseignants francophones sont mécontents des écoles inclusives – rts.ch – .

Les écoles inclusives suscitent un mécontentement croissant parmi les enseignants, selon une enquête des syndicats concernés. Le manque de ressources et la forte augmentation de la charge de travail sont particulièrement pointés du doigt.

“Le soutien à l’école inclusive s’est affaibli, le mécontentement grandit”, ont écrit mercredi le Syndicat de la fonction publique (SSP) et le Syndicat des enseignants de langue française (SER) à l’issue de la session. leur enquête menée avec plus de 2 500 membres du personnel enseignant.

Pour 55% des personnes interrogées, le principe même de l’école inclusive est un motif de résistance, constatent les organisations.

En débat depuis de nombreuses années, l’école inclusive consiste à permettre aux enfants en difficulté de suivre le cursus scolaire ordinaire grâce à l’accompagnement d’enseignants spécialisés.

Ressources supplémentaires demandées

Parmi « les causes de résistance et de résignation du personnel enseignant », l’enquête a permis d’identifier au moins quatre points sensibles : l’inefficacité des mesures proposées individuellement aux étudiants (85 % des sondés préféreraient des mesures collectives), le manque de les enseignants spécialisés et les assistants d’insertion (pointés par 92% des répondants), la taille trop importante des classes (93%) et la forte augmentation de la charge de travail (98%).

«Nous sommes favorables aux écoles inclusives, mais étant donné que le soutien au niveau local s’estompe, il est vraiment nécessaire d’avertir les autorités pour éviter que ce ‘désenchantement’ à l’égard des écoles inclusives ne se poursuive. progresser et que les enseignants n’arrivent plus à suivre”, indique le président du SER David Rey, mercredi dans le 12h30 de la RTS.

Les syndicats attendent des autorités cantonales et intercantonales qu’elles mettent à disposition des moyens suffisants, qu’elles soient à l’écoute des demandes du terrain et qu’elles changent de paradigme : un soutien orienté vers les classes et non plus sur les individus permettrait de simplifier le système et d’alléger la charge de travail, plaident-ils.

vajo avec ats

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Feu vert final des pays de l’UE à un texte clé du Green Deal
NEXT Des sanctions sévères pour un avenir numérique meilleur