L’État américain de Louisiane veut restreindre la pilule abortive

L’État américain de Louisiane veut restreindre la pilule abortive
L’État américain de Louisiane veut restreindre la pilule abortive

La Louisiane veut restreindre la pilule abortive

Publié aujourd’hui à 3h14 Mis à jour il y a 4 heures

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

La chambre basse du parlement de Louisiane, Etat du sud des Etats-Unis, a voté mardi une loi qualifiant la pilule abortive de « substance dangereuse » à laquelle il convient donc de restreindre l’accès, un enjeu sociétal majeur au cœur du débat. la campagne présidentielle.

La Louisiane a interdit presque tous les avortements depuis que la Cour suprême des États-Unis a annulé la garantie fédérale de l’avortement, à l’été 2022. Depuis ce revirement de jurisprudence, une vingtaine d’États ont interdit ou fortement restreint l’accès à l’avortement.

Le projet de loi adopté mardi par la Chambre des représentants de Louisiane doit encore être approuvé par le Sénat de l’État ainsi que, si nécessaire, par son gouverneur.

Elle ajoute les médicaments utilisés notamment pour l’avortement à la liste des « substances dangereuses » soumises à un contrôle strict et dont la possession sans prescription médicale constitue un délit. Selon le projet de loi, la possession sans prescription médicale de misoprostol et de mifépristone sera donc punie de cinq ans d’emprisonnement et de 5 000 dollars d’amende.

« Absolument inacceptable »

“Absolument inacceptable”, a réagi sur X la vice-présidente Kamala Harris, faisant campagne sur ce thème pour le président Joe Biden, candidat démocrate à la réélection face au républicain Donald Trump. “La Chambre des représentants de Louisiane vient d’adopter un projet de loi qui criminaliserait la possession de pilules abortives, avec des peines pouvant aller jusqu’à plusieurs années d’emprisonnement”, a-t-elle fustigé.

“Soyons clairs : c’est à cause de Donald Trump”, a-t-elle ajouté, l’ancien président se vantant d’avoir été l’artisan du redressement de la Cour suprême, largement remaniée sous son mandat lui donnant une composition très conservatrice.

Mais depuis cette décision choc, les conservateurs ont perdu tous les référendums et votes sur la question de l’avortement. Les démocrates tentent ainsi de faire de l’avortement l’un des enjeux clés de la présidentielle de novembre, estimant qu’il s’agit d’un moyen de gagner des voix face au milliardaire républicain.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Vous voulez rester au courant de l’actualité ? La Tribune de Genève vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

AFP

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV LR désigne un candidat face à Eric Ciotti
NEXT Elle reste immobilisée pendant trois jours à côté du corps de son petit ami