l’aide humanitaire transportée par la jetée temporaire n’a pas encore été distribuée à la population, selon le Pentagone

l’aide humanitaire transportée par la jetée temporaire n’a pas encore été distribuée à la population, selon le Pentagone
l’aide humanitaire transportée par la jetée temporaire n’a pas encore été distribuée à la population, selon le Pentagone
>>
Un camion transportant de l’aide humanitaire sur le quai temporaire construit par les États-Unis, dans la bande de Gaza, le 19 mai 2024. CENTRE DE L’ARMÉE AMÉRICAINE / VIA REUTERS

La situation humanitaire reste préoccupante dans la bande de Gaza, toujours bombardée par Israël. L’agence des Nations Unies (ONU) chargée des réfugiés palestiniens, l’UNRWA, a annoncé, mardi 21 mai au soir, qu’elle suspendrait ses distributions alimentaires à Rafah, une ville du sud de l’enclave, théâtre de combats entre Israël et le mouvement. . Hamas islamiste palestinien. Le Pentagone a par ailleurs reconnu mardi soir que l’aide acheminée via le port temporaire mis en place par les Etats-Unis n’avait pas encore été livrée à la population gazaouie.

Au moins 85 Palestiniens ont été tués au cours des dernières 24 heures dans le territoire palestinien assiégé par Israël, portant le nombre de morts, pour la plupart des civils, dans la bande de Gaza à 35 647, selon les données du ministère palestinien. la santé du gouvernement d’enclave dirigé par le Hamas.

Le porte-parole du Pentagone “ne croit pas” que l’aide arrivant via un quai temporaire ait été livrée à la population

L’aide humanitaire arrivant via l’embarcadère provisoire construit par les Etats-Unis dans la bande de Gaza n’a toujours pas été distribuée à la population, a annoncé mardi 21 mai le ministère américain de la Défense. Chargée à Chypre, elle devait être distribuée ” rapidement “» ont promis les autorités américaines la semaine dernière, alors que les livraisons de nourriture ont quasiment cessé depuis qu’Israël a pris le contrôle du côté palestinien de l’incontournable poste frontière de Rafah avec l’Egypte, le 7 mai.

Lire aussi | Guerre Israël-Hamas, jour 228 : frappes meurtrières à Gaza, vidéo en direct sur l’enclave de l’agence AP coupée par l’Etat hébreu

Ajouter à vos sélections

” Je ne crois pas “ qu’aucune des quelque 569 tonnes d’aide n’avait été distribuée, a déclaré le porte-parole du Pentagone, Pat Ryder. Selon lui, une partie aurait pu être transportée vers des entrepôts. Certains camions ont également été pris d’assaut par des Palestiniens désespérés après sept mois d’une guerre qui a provoqué un désastre humanitaire.

« Nous savons bien que les routes terrestres sont le meilleur moyen d’acheminer l’aide» a ajouté Pat Ryder. Il est également important de rappeler qu’il s’agit d’une zone de combat et qu’il s’agit d’une opération complexe. »

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés « La qualification des actes commis à Gaza, notamment l’existence d’un éventuel génocide, mobilisera les juristes internationaux pour les années à venir »

Ajouter à vos sélections

Plus tôt mardi, les autorités chypriotes ont annoncé que quatre navires américains et français parcouraient une distance d’environ 360 kilomètres entre le port de Larnaca, à Chypre, et la bande de Gaza. L’aide du Royaume-Uni, des États-Unis, des Émirats arabes unis et d’autres pays s’est accumulée au large de l’île de la Méditerranée orientale.

Confrontés aux sévères restrictions imposées à l’aide terrestre par leur allié israélien, les États-Unis ont annoncé, en mars, la création du port temporaire à Gaza, une initiative jugée insuffisante par l’ONU, les ONG et d’autres. Les dirigeants américains eux-mêmes.

Antony Blinken « ne sait pas » si Israël « est prêt » à une normalisation des relations avec l’Arabie saoudite

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a déclaré mardi qu’il n’était pas sûr que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu soit prêt à faire des compromis en vue d’un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite.

« Je ne peux pas vous dire si Israël, que ce soit le Premier ministre ou le pays dans son ensemble, est prêt à faire à ce moment-là ce qui serait nécessaire pour parvenir à une normalisation. » avec l’Arabie Saoudite, a déclaré M. Blinken interrogé lors d’une audition parlementaire à Washington. « Parce que pour cela, il faut mettre fin au [guerre dans la] Bande de Gaza. Et cela nécessite une voie crédible vers un État palestinien. Sont-ils capables et désireux de le faire dès maintenant ? Je ne sais pas “il admit.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Guerre Israël-Hamas : le projet arabe pour le « lendemain » dans une impasse

Ajouter à vos sélections

Les commentaires de M. Blinken interviennent alors que les discussions progressent entre les États-Unis et l’Arabie saoudite sur un pacte de sécurité bilatéral, qui est « à portée de main »selon lui.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s’est entretenu samedi avec le dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed ben Salmane. L’administration américaine cherche à conclure un accord qui verrait la monarchie pétrolière reconnaître pour la première fois Israël, notamment en échange d’un pacte de défense avec Washington et d’une aide américaine à un programme nucléaire civil, fruit de mois de négociations. Mais Riyad pose comme condition préalable à un tel scénario la fin de la guerre dans la bande de Gaza et la création d’un Etat palestinien, à laquelle le Premier ministre israélien s’oppose.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Gaza : les calculs juridiques et politiques des États-Unis face à la Cour pénale internationale

Ajouter à vos sélections

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Détention sans procès autorisée en mer de Chine méridionale
NEXT En Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa réélu président grâce à un accord entre l’ANC et son principal adversaire