Après l’occupation de son université, Gand voit plusieurs de ses agences bancaires vandalisées par des militants pro-palestiniens

Conflit israélo-palestinien : l’UGent souhaite mettre un terme à ses collaborations avec trois institutions israéliennes

L’Université de Gand (UGent) entend mettre fin à trois collaborations avec des institutions impliquées dans le conflit en Israël, a-t-elle annoncé jeudi.

BELGA




Par - avec Belga

Publié le 16/05/2024 à 12h25

Cela fait maintenant onze jours que les étudiants et le personnel universitaire occupent un bâtiment sur le campus universitaire. Les manifestants exigent la fin de toute collaboration avec les universités et organisations israéliennes.

vidéos

L’Alma mater a d’abord refusé et expliqué que l’UGent « n’avait aucune collaboration avec les parties impliquées dans les graves violations des droits de l’homme commises par le gouvernement ». Une position qui a depuis été revue. Ce changement fait suite à un récent avis de la Commission des droits de l’homme, a expliqué jeudi Rik Van de Walle.

L’Institut de technologie de Holon, l’Institut de recherche MIGAL Galilée et le Centre Volcani (Organisation de recherche agricole d’Israël) sont ainsi visés. Ces institutions, a indiqué jeudi l’université, produisent du matériel pour l’armée depuis octobre 2023 et sont sous le contrôle des autorités. gouvernement

Le 7 octobre, l’organisation terroriste radicale Hamas a mené une attaque sanglante dans le sud d’Israël. L’armée israélienne a ensuite lancé une contre-attaque, qui a fait de nombreuses victimes civiles, déclenchant des protestations dans le monde entier ainsi que sur les campus universitaires.

La collaboration avec des organisations israéliennes a depuis fait l’objet d’un examen minutieux. L’UGand n’établira donc plus de nouvelles collaborations avec ces trois institutions et le recteur demande au conseil d’administration de l’Université de Gand de « faire tout son possible pour y mettre un terme ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Elle reste immobilisée pendant trois jours à côté du corps de son petit ami