Après avoir été licencié pour avoir critiqué les opérations en Ukraine, un général russe est arrêté pour « fraude »

Après avoir été licencié pour avoir critiqué les opérations en Ukraine, un général russe est arrêté pour « fraude »
Après avoir été licencié pour avoir critiqué les opérations en Ukraine, un général russe est arrêté pour « fraude »

Le général russe Ivan Popov, ancien commandant de la 58e armée combattant en Ukraine limogé l’été dernier après avoir, selon lui, alerté des difficultés sur le front, a été arrêté pour “fraude”, ont rapporté mardi les agences de presse russes.

• Lire aussi : Armes nucléaires tactiques : la Russie lance des exercices près de l’Ukraine

• Lire aussi : L’Ukraine propose à l’Occident d’abattre les missiles russes

Cet officier “a été placé en garde à vue le 17 mai pour des soupçons de ‘fraude à grande échelle'”, a indiqué un tribunal militaire de Moscou à l’agence étatique TASS, précisant qu’il sera placé en détention provisoire pour au moins deux mois.

Selon l’article correspondant du Code pénal, il risque jusqu’à dix ans de prison.

Depuis fin avril, au moins deux hauts responsables de l’armée russe, Timur Ivanov et Yuri Kuznetsov, ont été arrêtés pour corruption et le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a lui-même été remplacé par un économiste, Andreï Beloussov.

La mission de cette dernière est d’« optimiser », selon Vladimir Poutine, les dépenses des forces armées russes et de l’industrie de défense, qui fonctionne à pleine capacité.

En juillet 2023, quelques jours après la rébellion avortée du groupe paramilitaire Wagner, Ivan Popov affirmait dans un message audio avoir été suspendu de ses fonctions de chef de la 58e armée.

Ce dernier est considéré comme l’un des plus aptes au combat et était alors positionné, au moment de son limogeage, dans la région ukrainienne de Zaporizhia (sud), où il subissait une contre-offensive depuis Kiev.

Ivan Popov a affirmé avoir été licencié pour avoir alerté « durement » le haut commandement des difficultés rencontrées en Ukraine, notamment les lourdes pertes humaines et le manque d’équipements de pointe.

“Les forces ukrainiennes n’ont pas réussi à percer notre armée depuis le front et nous avons été frappés par derrière par notre principal chef, qui a lâchement décapité l’armée au moment le plus difficile”, a-t-il déclaré, semblant ainsi viser le chef d’état-major. Valéry Gerassimov.

Selon la chaîne Telegram Zone Grise, réputée proche du groupe Wagner et qui compte plus de 500 000 abonnés, Valéri Guerassimov aurait accusé Ivan Popov de « désinformation » et d’« alarmisme » en prenant connaissance de son reportage.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Elle reste immobilisée pendant trois jours à côté du corps de son petit ami