Comment la guerre contre les nazis a-t-elle donné naissance à un géant de la soude ? – .

Comment la guerre contre les nazis a-t-elle donné naissance à un géant de la soude ? – .
Comment la guerre contre les nazis a-t-elle donné naissance à un géant de la soude ? – .

L’histoire du soda est souvent ponctuée d’histoires aussi pétillantes que les boissons elles-mêmes. Des simples concoctions médicinales à leur rôle dans les stratégies de marketing mondiales, ces bières reflètent souvent les époques et les sociétés qui les ont adoptées. Parmi ces histoires, celle de Fanta se démarque particulièrement. Née d’une ingéniosité forcée par la guerre, Fanta est l’un des principaux exemples de la manière dont la créativité peut parfois naître des circonstances les plus restrictives.

Un contexte de restriction

Tout a commencé dans les années 1920, lorsque Coca-Cola, alors boisson devenue très populaire aux États-Unis, cherchait à conquérir le monde. L’Allemagne de la République de Weimar a adopté avec enthousiasme ce nouveau développement et est devenue le deuxième marché de l’entreprise. Cependant, les années 1940 et le régime d’Adolf Hitler perturbèrent les plans, transformant le marché allemand en un champ de bataille idéologique et économique.

Le logo Coca-Cola voit de toutes les couleurs avec cette nouvelle campagne publicitaire

Au cœur de la Seconde Guerre mondiale, les sévères restrictions imposées par le Troisième Reich sur les importations frappent durement les ingrédients indispensables à la fabrication du Coca-Cola. Face à l’interdiction du régime allemand d’importer le célèbre sirop des États-Unis, Max Keith, alors directeur de Coca-Cola en Allemagne, se trouvait face à un dilemme : comment satisfaire la demande allemande pour cette boisson populaire tout en respectant les nouvelles directives alimentaires. ?

« Fantasiegetränk »

La solution s’avère être Fanta, une invention née de la nécessité. Le nom de cette nouvelle boisson est assez significatif puisqu’il s’agit d’une réduction du terme allemand « Fantasiegetränk ».» signifiant « boisson de l’imagination ». Et en effet, Keith et son équipe de chimistes improvisent une recette à partir d’ingrédients disponibles localement : trognons de pommes et résidus de lactosérum (ou « lactosérum », issu de la production fromagère. Probablement utilisé pour teinter la boisson).

Loin d’être un simple substitut, Fanta fait sensation, faisant tourner les usines et employant des centaines de personnes. En 1943, trois millions de caisses furent vendues et les sodas trouvèrent même leur place dans la cuisine allemande, utilisés pour aromatiser les soupes et les ragoûts en raison du manque de sucre.

En 1943, trois millions de caisses furent vendues et les sodas trouvèrent même leur place dans la cuisine allemande, utilisés pour aromatiser les soupes et les ragoûts en raison du manque de sucre.

Et le succès se poursuit au fil des années, grâce aux exportations de la boisson après la fin de la guerre. En 1969, par exemple, le classique « Fanta Orange » est devenu l’arôme le plus vendu au monde (selon la maison mère, qui ne donne pas de chiffres précis).

Une « boisson nazie » ?

L’origine de Fanta ne manque pas de susciter la polémique. En 2015, pour célébrer les 75 ans de la marque, une campagne publicitaire maladroite vantait le « bon vieux temps » de la création de Fanta, suscitant une vague d’indignation. Accusée de glorifier une époque sombre, la marque s’est retrouvée au cœur d’un scandale, car ces « bons vieux jours » correspondent aux années sombres du nazisme en Allemagne.

Les critiques se concentrent sur le fait que Fanta pourrait être perçue comme une « boisson nazie ». Une thèse également soutenue par le journaliste William Reymond dans son livre «Coca-Cola, l’enquête interdite” publié en 2006, expliquant les liens étroits entre le régime nazi et la société américaine grâce au soutien de son représentant sur place Max Keith.

Sandwich moisi, critiques clients, message sexiste… Voici les pires erreurs marketing de Burger King

Pour clarifier les choses, Coca-Cola avait alors ordonné une enquête sur les agissements du réalisateur allemand pendant la guerre. Il est apparu que Max Keith, bien qu’il opérait sous un régime autoritaire, avait gardé ses distances avec les nazis et avait agi par nécessité économique et pour la survie de son entreprise, plutôt que par allégeance idéologique. Quoi qu’il en soit, à la fin de la guerre, il reversa tous les bénéfices réalisés par Fanta à Coca-Cola, prouvant ainsi son engagement envers la société mère.

L’armée ukrainienne utilise des « bombes Fanta » pour contrer les soldats russes. ©X/Télégramme

A noter qu’aujourd’hui encore, Fanta reste, malgré elle, ancrée dans un contexte de guerre. Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’armée ne manque pas d’inventivité pour contrer les forces russes. En utilisant notamment des « Fanta bombs », des canettes et bouteilles remplies d’explosifs et de billes métalliques, scellées avec une épingle, comme les grenades classiques.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Bénin met aux enchères 40 milliards FCFA de bons du Trésor sur le marché financier de l’UMOA
NEXT La Cour suprême maintient à l’unanimité l’accès à la pilule abortive