Au moins 68 morts après de violents combats à Jabalia et Rafah

Au moins 68 morts après de violents combats à Jabalia et Rafah
Au moins 68 morts après de violents combats à Jabalia et Rafah

Après de violents combats à Gaza ce samedi, Tsahal affirme avoir « éliminé une cinquantaine de terroristes » mais d’autres sources palestiniennes, souvent contrôlées par le Hamas, évoquent au moins 64 morts, dont de nombreux civils.

Samedi, de violents combats ont opposé Tsahal aux militants du Hamas, notamment à Jabalia, au nord du territoire, et à Rafah, au sud, selon l’agence onusienne UNRWA.

L’armée israélienne affirme avoir « éliminé une cinquantaine de terroristes ». Mais des sources palestiniennes contrôlées par le Hamas font état d’au moins 64 morts, dont de nombreux civils.

A Rafah, une frappe israélienne a fait deux morts dans un camp de personnes déplacées, a indiqué l’hôpital koweïtien de la ville. Les Brigades al-Quds, branche armée du Jihad islamique palestinien, ont également affirmé affronter les troupes israéliennes dans l’est de la ville, entrées dans ce secteur le 7 mai.

« Des dizaines de personnes ont été martyrisées et des centaines d’autres blessées » à Jabalia, a déclaré samedi le Hamas, accusant l’armée israélienne de « détruire les bâtiments résidentiels (…) et cibler les écoles et les abris ».

Une centaine d’otages israéliens toujours captifs

De son côté, le porte-parole en chef de Tsahal a annoncé que le corps d’un otage israélien avait été retrouvé. C’est le quatrième corps retrouvé en quelques heures.

Daniel Hagari a identifié les quatre otages comme étant Shani Louk, Amit Buskila et Itzhak Gelerenter, qui, selon lui, ont été tués par des militants du Hamas pendant le festival de musique Nova et leurs corps ont été transportés à Gaza.

« Le corps de l’otage israélien Ron Binyamin, bénie soit sa mémoire, a également été retrouvé lors d’une opération de Tsahal. »

La libération des otages israéliens reste une préoccupation majeure pour une partie de l’opinion publique israélienne. Samedi, des milliers de personnes ont de nouveau manifesté à Tel-Aviv pour réclamer de nouvelles élections et la démission de Benjamin Netanyahu.

L’ultimatum de Benny Gantz fixé au 8 juin

Samedi également, Benny Gantz, membre centriste populaire du cabinet de guerre israélien et principal rival du Premier ministre, a menacé de démissionner s’il n’adoptait pas un nouveau plan pour la guerre à Gaza dans trois semaines, une décision qui laisserait le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’appuiera davantage sur ses alliés d’extrême droite.

“Le cabinet de guerre doit formuler et approuver d’ici le 8 juin un plan d’action pour atteindre six objectifs stratégiques d’importance nationale”, » a déclaré Benny Gantz dans un discours télévisé.

Cette annonce approfondit la division au sein des dirigeants israéliens, plus de sept mois après le début d’une guerre dans laquelle Israël n’a pas encore atteint ses objectifs déclarés de démantèlement du Hamas et de restitution des nombreux otages pris lors de l’attaque. du groupe militant du 7 octobre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV pourquoi Tsahal prend une « pause tactique » quotidienne dans une partie de la bande de Gaza
NEXT Les « Dix Commandements » doivent être affichés dans toutes les salles de classe de Louisiane