Une enquête internationale épingle plusieurs présidents africains…

Une enquête internationale épingle plusieurs présidents africains…
Une enquête internationale épingle plusieurs présidents africains…

Nommé “Dubaï débloqué”,une enquête de - internationale révèle l’étendue de l’héritage des présidents africains et de leurs proches à Dubaï. Une fuite de données a permis à plusieurs médias, dont le journal Le Monde, de connaître l’identité des propriétaires ou occupants de centaines de milliers de propriétés situées dans l’émirat.

Il s’agit de propriétés luxueuses : appartements de luxe dans les gratte-ciel les plus prisés de Dubaï ou villas d’exception avec terrains de golf. Des investissements immobiliers réalisés avec des fonds d’origine souvent suspecte, mais sur lesquels Dubaï ferme systématiquement les yeux, faisant de l’émirat une destination bien plus sûre que l’Europe ou les Etats-Unis.

Dans son enquête, le journal Le Monde cite notamment le nom de Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon depuis plus de trente ans et proche d’Omar Bongo, qui aurait déboursé six millions d’euros pour s’offrir cinq appartements et deux villas à Dubaï en 2013.

Personnalités politiques du Congo-Brazzaville et du Tchad

Au Congo-Brazzaville, c’est le nom de la belle-fille du président Denis Sassou-Nguesso, Nathalie Boumba-Pembe, qui figure au registre de Dubaï, où elle aurait acquis une villa de 700 mètres carrés pour 3,5 millions d’euros en 2018. La justice américaine s’intéressait déjà à son patrimoine après avoir découvert un appartement haut de gamme en Floride, proposé par son mari Denis Christel Sassou-Nguesso.

Le nom du ministre congolais de l’Intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou, apparaît également dans l’enquête du Monde. En 2016, il se serait acheté le même jour une villa et deux appartements de luxe pour plus de trois millions d’euros.

Mais la liste est encore longue. Au Tchad, « de nombreuses personnalités politiques » aurait possédé un ou plusieurs biens immobiliers dans l’émirat. Mais les données sont souvent très fragmentées, sauf dans le cas par exemple de Mahamat Hissein Bourma, le beau-frère de l’ancien président Idriss Déby.

Après avoir repris la direction de la société tchadienne d’hydrocarbures, il achète cinq appartements puis une immense villa à Dubaï.

Enfin, Isabel Dos Santos, la fille de l’ancien président angolais, visée par des accusations de corruption et de détournement de fonds, vit désormais à plein temps à Dubaï, sans être inquiétée.

Dans un communiqué du département de communication stratégique du ministère des Affaires étrangères, les autorités émiraties ont réagi à l’enquête Dubai Unlocked : « Les Émirats arabes unis prennent très au sérieux leur rôle dans la protection de l’intégrité du système financier mondial. En février, le Groupe d’action financière (GAFI), l’organisme qui fixe les normes mondiales en matière de mesures de lutte contre le blanchiment d’argent, a salué les progrès significatifs réalisés par les Émirats arabes unis.

Dans leur poursuite continue des criminels mondiaux, les Émirats arabes unis travaillent en étroite collaboration avec des partenaires internationaux pour perturber et dissuader toutes les formes de financement illicite. Les Émirats arabes unis sont plus déterminés que jamais à poursuivre ces efforts et ces actions, maintenant et à long terme. »

Retrouvez les dernières nouveautés sur notre compte Tiktok.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT En Afrique, déclin historique en vue pour l’armée française