Guerre en Ukraine, jour 815 | Zelensky s’attend à une offensive plus large, la Russie continue d’avancer

(Kiev) Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré s’attendre, dans un entretien exclusif à l’AFP, à une offensive russe plus large au Nord et à l’Est qui viserait à prendre Kharkiv, régions où Moscou poursuit son assaut d’ampleur lancé le 10 mai.

Publié à 8h00

Ania TSOUKANOVA

Agence France-Presse

« Ils ont lancé leur opération, elle peut comporter plusieurs vagues. Et c’est leur première vague », a assuré vendredi M. Zelensky alors que la Russie vient de réaliser ses plus gros gains territoriaux depuis fin 2022.

Il a néanmoins assuré que, malgré les avancées russes ces derniers jours dans la région de Kharkiv, la situation était meilleure pour ses forces qu’il y a une semaine, lorsque les troupes du Kremlin avaient franchi par surprise la frontière.

Pour lui, la Russie veut attaquer Kharkiv (Nord-Est), la deuxième ville du pays, à seulement quelques dizaines de kilomètres du front. Moscou n’y était déjà pas parvenu en 2022 et le président russe Vladimir Poutine a affirmé vendredi qu’il n’avait pas l’intention de l’attaquer « pour le moment ».

PHOTO ROMAN PILIPEY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

L’offensive russe vise officiellement, selon M. Poutine, à répondre aux frappes ukrainiennes de ces derniers mois sur le territoire russe et à créer une zone tampon censée empêcher ces frappes.

Les forces de Moscou tentent de profiter du manque d’hommes et d’armes auquel fait face l’Ukraine après deux ans de guerre.

Près de 10 000 évacuations

M. Zelensky a reconnu à l’AFP un manque de personnel. « Un nombre important de brigades sont vides », a-t-il déclaré.

Face à ses lacunes, Kiev a adopté une loi controversée, entrée en vigueur samedi, pour accélérer la mobilisation militaire avec l’abaissement de l’âge de 27 à 25 ans.

Vendredi, M. Zelensky a également signé une loi autorisant le recrutement de prisonniers en échange d’une libération conditionnelle.

PHOTO SERGEI SUPINSKY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Des proches de soldats ukrainiens crient, les mains liées avec une corde et des menottes symboliques, pour exiger une rotation vers les lignes de front, le 18 mai sur la place de l’Indépendance à Kiev.

Se tournant vers l’Occident, il a déploré de ne disposer que d’un quart des systèmes de défense anti-aérienne dont Kiev a besoin, ajoutant qu’il lui fallait également 120 à 130 avions de combat F-16.

Dans la région de Kharkiv, la Russie a affirmé samedi s’être emparée du village de Staritsa près de Vovchansk, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Kharkiv, assurant que ses forces « poursuivent leur avance en profondeur dans les positions défensives ennemies ».

Près de 10 000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile dans la région de Kharkiv, avaient annoncé précédemment les autorités ukrainiennes.

“Au total, 9.907 personnes ont été évacuées”, a déclaré samedi le gouverneur Oleg Synegubov, ajoutant que les forces armées ukrainiennes avaient repoussé deux tentatives de percer les défenses dans la nuit.

Selon lui, la situation est « sous contrôle », les « défenseurs menant des assauts et des opérations de ratissage dans certaines zones ».

ILLUSTRATION HERVÉ BOUILLY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Une carte du nord-est de l’Ukraine montrant la ligne de front dans la région de Kharkiv et l’avancée russe entre le 10 et le 16 mai.

Selon M. Synegoubov, les Russes « ont commencé à détruire Vovchansk, en utilisant des chars et de l’artillerie ». La ville comptait avant la guerre quelque 18 000 habitants. Une centaine de personnes sont toujours sur place et des « combats violents » ont lieu, selon le gouverneur.

L’armée russe a souvent fini par détruire des villes ukrainiennes pour les conquérir, comme Bakhmout l’année dernière ou Avdiïvka en février.

Kiev accuse Moscou d’avoir utilisé des civils comme « boucliers humains » à Vovchansk et d’avoir commis au moins une exécution sommaire.

Avance de l’ennemi

Un peu plus à l’ouest, les forces russes avancent sur leur deuxième axe d’assaut dans la région.

Ils ciblent le village de Loukiantsi, pour ouvrir la voie à Lyptsi, une autre localité sur la route de Kharkiv.

« Les hostilités continuent à Loukiantsi. Oui, il y a une avancée ennemie dans cette localité. Mais nos soldats tentent toujours de le tenir», a déclaré le gouverneur de la région de Kharkiv.

De son côté, l’armée russe a revendiqué vendredi la prise, en une semaine, de 12 localités de la région et affirmé que ses forces continuaient d’avancer.

«Zone de santé»

Moscou a réalisé ses plus gros gains territoriaux en une semaine depuis fin 2022, avec quelque 257 km2 conquise dans la seule région de Kharkiv, selon une analyse de l’AFP jeudi basée sur les données fournies par l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW).

Vendredi après-midi, Kharkiv, très régulièrement bombardée, a été touchée par de nouvelles frappes russes qui ont fait au moins trois morts et 28 blessés, selon un dernier bilan fourni dans la soirée par le maire Igor Terekhov.

À Vovchansk, des frappes russes ont tué un homme de 35 ans et blessé un autre de 60 ans, tous deux civils, selon le parquet régional.

A Odessa, ville portuaire du sud du pays également régulièrement touchée, un bombardement russe a fait un mort et cinq blessés hospitalisés, selon le gouverneur local Oleg Kiper.

De son côté, l’armée russe a indiqué avoir fait face à une centaine de drones lancés depuis l’Ukraine dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov, a signalé le décès d’une mère et de son enfant de quatre ans dans le village d’Oktyabrsky.

Dans la soirée, il a également annoncé la mort d’un homme dans le village de Novaya Naoumovka attaqué par des drones, et d’une personne blessée hospitalisée.

Dans la région de Krasnodar (sud-ouest), les autorités ont affirmé que deux drones ukrainiens avaient incendié une raffinerie à Touapsé. Dans cette même région, des « infrastructures civiles » ont été touchées et ont pris feu à Novorossiysk, un port de la mer Noire.

En Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie, la ville de Sébastopol, quartier général de la flotte russe en mer Noire, a été en partie privée d’électricité car une installation électrique a été endommagée, selon les autorités locales.

Enfin, dans la journée de vendredi, une femme a été tuée par une frappe dans la région russe de Briansk, selon le gouverneur.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le local peut cependant être moins cher et meilleur pour votre santé
NEXT 92 pays attendus à la conférence de paix