AFRIQUE/MOZAMBIQUE – Des magasins d’alimentation pillés lors d’une attaque à Macomia – .

AFRIQUE/MOZAMBIQUE – Des magasins d’alimentation pillés lors d’une attaque à Macomia – .
Descriptive text here

AFRIQUE/MOZAMBIQUE – Des magasins d’alimentation pillés lors d’une attaque à Macomia

Maputo (Agence Fides) – De nouveaux détails sont apparus sur l’assaut contre Macomia, chef-lieu du district du même nom dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique (voir Fides 10/05/2024).
La vie économique reprenait à Macomia après que les opérations de la Mission militaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) (SAMIM), du contingent rwandais et de l’armée mozambicaine semblent avoir repris le contrôle de la province.
En effet, tandis que la Tanzanie renforçait sa défense et son contrôle des mouvements au-delà de ses frontières, que les Rwandais assuraient la sécurité à Mocímboa da Praia et Palma et que l’armée mozambicaine opérait dans d’autres régions, les djihadistes tournaient leur attention vers les districts qui se remettaient de la vague de violences. destructions et pillages des six dernières années.
À Macomia, ces jours-ci, les produits agricoles affluaient pour être vendus sur l’important marché de la ville. De plus, la ville abrite d’importantes installations et entrepôts de plusieurs organisations humanitaires internationales opérant dans la région. Lors de l’assaut du 10 mai, des jihadistes ont pris des produits alimentaires dans des magasins privés et dans l’entrepôt du Programme alimentaire mondial (PAM), qui ont ensuite été chargés dans au moins 10 véhicules volés à des organisations humanitaires.
L’assaut a été précédé par l’infiltration d’éléments jihadistes parmi la population locale et les déplacés, ce qui a facilité la tâche du commando de plus de 100 hommes qui a pris d’assaut la ville vers 4h30 du matin. Selon les habitants de la ville, les jihadistes avaient précisé des informations sur le dispositif des forces de sécurité obtenues, selon eux, non seulement par des infiltrés, mais peut-être aussi par des éléments corrompus parmi les militaires. Les soldats ont subi des pertes importantes, au moins 18 soldats.
Les jihadistes semblent avoir eu une approche pacifique envers les civils. D’une part en leur permettant de participer aux pillages et d’autre part en organisant un rassemblement au cours duquel ils ont affirmé ne pas être en colère contre eux mais uniquement contre les militaires et ont même présenté leurs excuses pour les dégâts causés.
Vers 13 heures, les commandos se sont retirés de Macomia, emportant avec eux le butin de vivres destiné à la zone de Mucojo, toujours aux mains des rebelles, et quelques otages pris parmi les travailleurs de certaines ONG. (LM) (Agence Fides 15/5/2024)

Partager:

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le groupe État islamique revendique la responsabilité de l’attaque
NEXT «Beaucoup d’amateurisme et d’interrogations sur la facilité de l’opération»