Niger : les « menaces » américaines ont conduit à la rupture de la coopération militaire, selon le Premier ministre

Niger : les « menaces » américaines ont conduit à la rupture de la coopération militaire, selon le Premier ministre
Descriptive text here

Le Niger a décidé de rompre sa coopération militaire avec les États-Unis en mars en raison de « menaces » proférées par des responsables américains, a déclaré mardi le Premier ministre nommé par le régime militaire de Niamey dans un entretien au Washington Post. .

Le Niger a dénoncé le 16 mars l’accord de coopération militaire avec les États-Unis « avec effet immédiat », peu après le départ d’une délégation américaine conduite par la secrétaire d’État adjointe chargée des Affaires africaines, Molly Phee.

Selon le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine, lors de cette visite, Mme Phee a notamment menacé les autorités de Niamey de sanctions si le Niger signait un accord pour vendre l’uranium qu’il produit à l’Iran.

« Premièrement, vous venez ici et nous menacez dans notre pays. C’est inacceptable. Et vous venez nous dire avec qui nous pouvons avoir des relations, ce qui est également inacceptable. Et vous le faites avec un ton condescendant et un manque de respect”, affirme avoir alors répondu M. Zeine.

« Les Américains sont restés sur notre sol, ne faisant rien alors que les terroristes tuaient nos populations et brûlaient les communautés. Ce n’est pas un signe d’amitié que de venir sur notre sol et de laisser les terroristes nous attaquer. On a vu ce que font les Etats-Unis pour défendre leurs alliés comme en Ukraine ou en Israël», poursuit le Premier ministre de ce pays en proie à des attaques jihadistes récurrentes depuis près de 10 ans.

“Choix”

Les États-Unis ont accepté mi-avril de retirer du pays leurs plus de 1 000 soldats et des discussions sont en cours sur les modalités de ce retrait.

A Washington, le porte-parole diplomatique américain Vedant Patel n’a pas nié le fait que Molly Phee avait présenté un « choix » à la junte.

Le diplomate a proposé « un choix ancré dans nos convictions sur les principes démocratiques et nos intérêts de sécurité nationale », a-t-il déclaré à -.

Le porte-parole a déclaré que les États-Unis avaient décidé de retirer leurs troupes « de manière ordonnée et responsable » après être parvenus à la conclusion que les deux pays ne parvenaient pas à un accord de principe.

Au Niger, les États-Unis disposent également d’une importante base de drones près d’Agadez.

Après le coup d’État du 26 juillet 2023 qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum, les États-Unis – entre autres partenaires – ont suspendu leur coopération militaire.

Une réponse qui contraste avec celle d’autres partenaires comme la Russie, la Turquie ou les Emirats arabes unis qui ont accueilli les nouvelles autorités de Niamey “à bras ouverts”, explique mardi M. Zeine.

Après le coup d’État, le régime militaire a rapidement exigé le départ des soldats de l’ancienne puissance coloniale française et s’est notamment rapproché de la Russie, qui a envoyé des instructeurs et du matériel militaire en avril et mai.

La coopération américaine en matière d’aide au développement devrait se poursuivre avec un nouvel accord d’un montant de près de 500 millions de dollars (462 millions d’euros) sur trois ans, selon le ministère nigérien des Affaires étrangères.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV violents combats dans le nord, vers une bataille « décisive » à Rafah
NEXT Belle entrevue avec l’historien Vincent Lemire