l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz démis de ses fonctions

l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz démis de ses fonctions
l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz démis de ses fonctions

Le porte-parole, Mohamed Ould Djibril, a dénoncé auprès de l’AFP le système de parrainage en place.

« Ce blocage souhaité par le pouvoir est antidémocratique », a-t-il déclaré. “Nous sommes dix candidats victimes de ce complot de pouvoir”, a-t-il ajouté.

M. Aziz, qui a dirigé ce pays charnière entre Maghreb et Afrique subsaharienne jusqu’en 2019, avait fait des démarches en vue de sa candidature, selon son porte-parole.

Le cas échéant, il aurait affronté le sortant Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, son successeur et l’un de ses plus fidèles compagnons du passé, avec lequel il est désormais en conflit ouvert.

M. Aziz s’est heurté à un système qui nécessite l’appui d’une centaine de conseillers municipaux, dont cinq maires.

La majorité présidentielle contrôle la donne dans ce dossier et a fixé les critères permettant à ses conseillers municipaux d’accorder leur parrainage. Seul le parti islamiste Tewassoul, dans l’opposition, dispose d’une marge de manœuvre car il dispose du nombre requis d’élus municipaux.

Lire aussi : Présidentielle en Mauritanie : l’opposition face à l’écueil du parrainage

“Nous dénonçons l’hégémonie des partis majoritaires qui choisissent ainsi leurs adversaires parmi les candidats et conduisent le pays vers la tenue d’une parodie électorale unilatérale”, ont dénoncé une dizaine de candidats de l’opposition, dont M. Aziz, dans un communiqué commun.

Même si M. Aziz avait récolté des parrainages, sa qualification était très incertaine. Les candidatures doivent être adressées au Conseil constitutionnel. Toutefois, la Constitution stipule que le président « ne peut être réélu qu’une seule fois ». M. Aziz a effectué deux mandats.

Les candidats ont jusqu’à mercredi minuit (jeudi 00h00 GMT) pour déposer leur candidature. M. Ghazouani et trois autres l’ont fait. Trois autres candidats de l’opposition ont récolté des parrainages mais n’ont pas encore déposé leur candidature, a-t-on appris auprès de leurs états-majors.

Par Le360 Afrique (avec AFP)

15/05/2024 à 6h58

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Bataille d’influence sur le campus
NEXT l’ancien chef de l’armée nommé ambassadeur à Londres