Lettre des lecteurs du 14 mai 2024

Lettre des lecteurs du 14 mai 2024
Lettre des lecteurs du 14 mai 2024

Santé, guerre à Gaza, Suisse condamnée par la CEDH et liberté d’expression

24 heures / lecteurs

Publié aujourd’hui à 6h52

Santé

Je suis assuré auprès de mon assurance maladie depuis au moins cinquante ans, de base et complémentaire, semi-privée. Je devrais me faire opérer le plus tôt possible, car la douleur est non seulement débilitante mais aussi insupportable sans médicaments qui s’avèrent d’une efficacité modérée. Et je suis épuisé à cause de cela.

Mon chirurgien ne peut pas réaliser cette intervention fin avril mais un mois plus tard, le 27 mai 2024 dans une autre clinique évidemment et pourquoi ? Car la clinique où ce chirurgien opère ses patients est refusée par les assurances depuis le 1euh Janvier de cette année. Cependant, mon contrat stipule que je peux être soigné dans n’importe quel hôpital ou clinique partout en Suisse.

Cette assurance ne m’a pas prévenu de ce changement de conditions dans la prime de janvier 2024. L’assureur considère qu’il est du devoir du client de se renseigner s’il y a des changements alors que mon contrat n’en a pas. même pas stipuler. Cela n’a aucun sens!

Matthieu Gétaz, Aubonne

Guerre à Gaza

Le massacre en cours à Gaza est horrible et inacceptable. La politique israélienne peut nous aider à comprendre mais en aucun cas justifier les horreurs commises par le Hamas. Ils doivent être condamnés. Mais qu’en est-il de ce qui se passe actuellement à Gaza ? Des milliers d’habitations détruites ainsi que des infrastructures essentielles, une population civile prise en otage, des milliers de morts et de blessés. Le gouvernement israélien ne voit-il pas qu’il ne détruira jamais complètement le Hamas ? Au contraire, cela crée la prochaine génération de jeunes désespérés qui n’ont rien d’autre à perdre que la vie.

La faute originelle dans la création de l’État d’Israël par la communauté internationale a été de ne pas avoir pris en compte la population palestinienne qui y vivait. Jusqu’à ce que ce point soit résolu, les crises se succéderont. La promotion de la colonisation fait reculer chaque jour la paix. Il faut aujourd’hui condamner l’État israélien en même temps que la montée de l’antisémitisme qu’il engendre malheureusement lui-même.

Le gouvernement israélien ne veut pas la paix. Il préfère maintenir le contrôle et le pouvoir par la violence et l’aliénation. Malheureusement, cette stratégie n’est pas sans rappeler celle de l’Afrique du Sud sous l’apartheid.

Connaissant le terrible passé du peuple juif, comment comprendre l’attitude de son gouvernement aujourd’hui ? Le peuple israélien a été, à juste titre, choqué par l’attaque du Hamas et la prise d’otages, mais il doit faire un pas de côté pour constater que, sans un changement profond et radical dans la gestion politique, des événements de ce genre se reproduiront malheureusement inévitablement, avec toujours le même résultats. Il s’agit enfin d’être lucide et d’enlever les œillères idéologiques : il faut changer de politique, donc il faut changer de politiques !

Philippe Schneider, Archamps (F)

Conviction

Concerne l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme qui condamne la Suisse pour son inaction climatique (« 24 heures » du 10 avril).

La Suisse doit donc prendre des mesures pour préserver le climat, tant mieux ! Que nos élus se mettent au travail sans tarder.

Pour commencer, nos ayatollahs du climat seront immédiatement bannis des smartphones, tablettes et autres catastrophes écologiques ; obligés de nettoyer à la main leurs taches de peinture sur les bâtiments, car les machines à laver consomment de l’énergie ; seront facturés les heures perdues par leurs victimes ainsi que les débauches de CO2 causés par les embouteillages qu’ils provoquent en mettant la main sur les routes ; et enfin devront travailler (par exemple monter des éoliennes) au lieu de perdre leur temps à cracher sur ceux qui se suicident au travail pour leur assurer des prestations sociales trop généreuses.

Par ailleurs, pour atteindre plus rapidement la neutralité carbone, nous construirons immédiatement de nouvelles centrales nucléaires (zéro carbone), ainsi que plusieurs milliers d’hectares de parcs photovoltaïques alpins et de champs d’éoliennes, sans tenir compte d’éventuelles oppositions, ces dernières émanant généralement de ces mêmes ayatollahs. Ces adeptes de la dictature ne devraient pas être choqués qu’elle s’installe ici.

Un grand merci à la CEDH (Cour européenne des droits de l’homme). Grâce à lui, avant 2035 le glacier d’Aletsch descendra jusqu’à Brigue, et grâce à la Suisse, le Sahara sera devenu aussi fertile que la Broye. C’est ce qu’il faudra pour nourrir 30 milliards de personnes…

François Junod, Forel

Liberté d’expression

A propos de l’article « Holcim annule ses portes ouvertes » (« 24 Heures » du 26 avril).

Non contents de s’être illustrés par une occupation illicite de territoires privés, les extrémistes climatiques (via des appels à manifester) s’unissent désormais pour empêcher l’entreprise Holcim d’ouvrir ses portes au public.

En faisant l’autruche, ces militants du climat perdent de vue leurs revendications, à savoir une autre vision du béton – comme si Holcim n’y avait pas pensé depuis longtemps ! – tout en leur rappelant que l’urgence climatique ne nécessite pas de mettre un terme à l’économie régionale, ni de supprimer 115 emplois, ni de supprimer le chauffage urbain de 220 foyers, et encore moins d’empêcher une entreprise de promouvoir les solutions énergétiques ou de biodiversité nécessaires à notre environnement.

Bien que le camping y soit interdit, ils auraient été bien inspirés de visiter les lieux, sans populisme ni manifeste, et de se rendre ainsi compte des aménagements modernes que l’entreprise met en œuvre.

Il est ainsi plus facile de s’exonérer de ses desseins obsessionnels et malheureux par des menaces d’actions dites pacifiques, que d’admettre qu’Holcim propose des solutions qui méritent d’être présentées et a aussi le droit d’être entendu. Dommage!

Marc Morandi, député, Féchy

Environnement

Souvenez-vous, il y a un an, un tilleul centenaire au milieu d’un îlot de verdure, à Corsy, allait être massacré pour une transaction immobilière, ce qui aurait défiguré le paysage. Bravo et merci à l’Association des Amis du Corsy, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont participé au sauvetage de ce vénérable arbre. Le Tribunal cantonal a annulé la décision de la Commune de Lutry (« 24 heures » du 9 avril) d’autoriser l’abattage de cet arbre, l’intérêt à le protéger apparaissant particulièrement important.

C’est une grande victoire pour la protection de la biodiversité, et qui démontre que cela vaut la peine de se battre. Il faut cependant rester vigilant. Une motion prévoit que la loi entre en vigueur le 1euh Janvier 2023 a déjà été modifié pour simplifier l’abattage des arbres.

André Bozzini, Coinsins

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Russie reconnaît la responsabilité de Daesh dans l’attaque de Moscou… – .
NEXT l’industrie du tabac viole les droits des enfants